21-24/06/2001

POESIES CROATES

19e Marché de la Poésie

Le Site du Marché de la PoésieDans le cadre du Marché de la Poésie, la 2e nuit du Marché mettra à l'honneur les poésies croates, yiddish, targuies, argentines et yougoslaves. Les poésies croates de Sibila Petlevski et de Kresimir Bagic seront lues en français en leur présence par Maïté Cotton et Yves-Jacques Bouin. Les poètes croates Slavko Mihalic et Hrvoje Pejakovic seront également présentés.


Le public de la 2e nuit de la Poésie

Ni un salon ni une foire du livre, encore moins un festival, le Marché de la Poésie se veut avant tout un lieu de rencontres et d'échange entre éditeurs, poètes et public, le Marché rassemblera pour sa 19e édition quelque 500 éditeurs de poésie, français et étrangers.





 Lire les poèmes de Sibila Petlevski
 Lire les poèmes de Kresimir Bagic
 Lire les poèmes de Slavko Mihalic
 Lire les poèmes de Hrvoje Pejakovic

Place Saint-Sulpice - Paris 6e - du 21 au 24 juin 2001.
« 2e nuit du Marché » : samedi 23 juin 2001 de 20 h à minuit. Podium du Marché. Entrée libre.


Sibila Petlevski récite un de ses poèmes.
Sibila Petlevski
Née en 1964 à Zagreb. Poète, écrivain, essayiste, théoricienne et critique littéraire, traductrice de l'anglais et du macédonien. Actuellement présidente du P.E.N. croate. Plusieurs prix littéraires lui ont été décernés. Sa poésie a été traduite en différentes langues étrangères.



Sonnet de la lune


Colomb a découvert un fil de mélancolie dans le marbre rosé
De la poitrine d'Isabelle, assise sur une dune, transie jusqu'à l'arête,
Tout en pensant: Tiens, même le murmure des sirènes ne parvient plus à m'étonner.
En chassant les néréides, mon harpon d'une murène a percé la tête.

Les restes orgueilleux de la sauvagerie du nouveau continent. Autour d'eux s'étendent
Des cercles du bois essarté. En peau de castor se fait encore l'échange dans ce pays.
Contre un castor vous obtenez des bottes rouges faites de votre peau, pour le retour en patrie.
Ses plantes du pied blessées connaissent la distance des boudoirs et des rotondes.

Troublé est le souvenir de la piscine du jardin dont la surface n'était mue
Que par la nageoire de la reine qui le saluait et qui en vain tel un écueil à présent
Attend le retour de son marin. Difficiles désormais sont les temps.
Le roitelet pêche au-dessus du lit séché. Les bouleaux de la région sont disparus.

Toujours plus semblable à la lune devient cette contrée où se multiplient les cratères.
Tactique de la terre brûlée. Importation des verges de punition. Stratégie militaire.

traduit du croate par Vanda Miksic

L'état des choses

Prudente, d'une oreille je suis toujours près de la terre -
j'entends cliqueter le long des rails la conjonction de tes pensées,
tes mâchoires serrées grincent. Je vois ton Père semer
la discorde entre les serpents, ainsi l'aspic est mordu par la vipère.

As-tu la foi ? Ou fais-tu plutôt ce que les merles font :
tu chantes dès que la pluie cesse et fais comme le chien qui doit,
poussé par une force désespérée, retourner au maître avec la proie ?
Ou encore cherches-tu à boucher tes doutes profonds avec du coton ?

J'ai entendu ton coeur qui d'un coup de pied a été projeté dans l'air
par le Bonheur opulent. Les élans se ternissent, sombrent dans le noir,
as-tu dit alors. L'indifférence raccourcit le temps de la victoire.
Une fois, j'ai réussi à me couper l'oreille sur un brin d'herbe

acéré. Je voulais connaître l'état des choses qui imprégnait
la terre, et savoir d'où l'eau de mon fleuve montait.

traduit du croate par Vanda Miksic


Dans le passé

De les mêler est ce que la vie de mes cartes a su
Mieux faire. Il ne pouvait pas y avoir de véritable
Jeu. Avec lui me disputer je voulus
A cause de Notre père sur un coin de la table.

Cette nuit de ses yeux la croûte des scrupules j'oubliai d'enlever.
C'est pourquoi il refusa de regarder vers le haut dans les jours passés.
Au-dessus du gouffre qu'avec du noir dans le désespoir il colorait,
Le visage contre le vent, encore empourpré depuis hier. Cicatrisée,

Une plaie, minuscule, sur la lèvre inférieure, dit comment la première
fois on a mis les cartes sur la table où une dame de pique était posée.
Un fantôme lui a presque tiré la mort de la manche, et ma chair
Scintillaient de gouttes de sueur. En l'air on s'est d'abord envolé

dans un éclat de honte. Et ensuite tombé bas. Notre nausée un sac sans fond était,
mais peu importe. Le destin nous a battu les cartes, et le trèfle est la félicité.

traduit du croate par Brankica Radic


J'ai tué ma langue


Ten thousand war-worn mariners revere
My late husbands virtue. The trumpet sounds
Hollow. The same with my excuse.

Dix mille marins épuisés par la guerre rendent hommage
A la vertu de mon époux défunt. Du clairon le son
Retentit creux. Des poignées de mots vides ne sont
Qu'une faible excuse. Une meute de chiens fouille, de rage

Poursuit ma trace. Les écrivains des mémoires
D'autrui pourraient me chasser du livre. Des fantômes
Nous talonnent. J'ai tué mon époux. De vieux renards,
Des loups rossés me croient venue du royaume

Marsien. Peut me dégrader quiconque ma nudité désire.
Mariée avec la langue, à la liberté péniblement je suis parvenue.
Punissez-moi. Le bandeau noir à la tête le long du quai je vais partir.

Même s'il était vrai que de toutes les eaux de frontière les nôtres sont les plus
Profondes, je n'en suis pas une preuve valable, car une fois tombée
Je ne toucherai pas de fond. Je continuerai de là même où je m'étais arrêtée.

traduit du croate par Vanda Miksic


Ceinture de branches

Viens vis, pleure avec moi, dans le même cadre ta pensée avec la mienne insère
Et je tresserai pour toi une ceinture de branches. Si tu désires la mettre vraiment
Tu la mets, mais tu la passe ensuite, à la prêtresse qui de l'autel sert
Une messe pour tous les temps passés et accomplis. Dans une caverne de fées l'enfant

Avec un conte en toi je vais enchanter. En une jolie stalactite de bricoles je déposerai,
Tout objet de querelles et des contrariétés qui dans la coupe de patience longuement
dégouttent. Toi, viens vis, pleure avec moi. Des avis de décès je t'apprendrai
A écrire. Quand on détruira des mots, laisse ton moi, la force de ton discernement

Dans les mains d'amis, parvenir morts. Et n'hésite pas beaucoup quand la tête
Du lit en fougère de bois tu verras. Au sommeil abandonne-toi. Il n'est plus facile
De parler à travers l'écorce de l'arbre dans lequel je vis. Viens, l'accueil avec fête

Et pompe pour toi j'organiserai et ne t'étonne pas quand à l'aube tu trouveras
les anges du ciel hérisser leurs plumes. La ceinture déjà offerte je te demanderai de rendre.
Tu refuseras, diras : " A une branche je me tiens. Cette dernière il me faudra. "

traduit du croate par Brankica Radic


« Agis simplement, comme cette occasion le veut,
Verse le vin jeune dans les vieilles barriques ».
Christopher Smart

Plaisir de la conduite

S'illumineront tous les tristes visages d'hommes et tous les garçons
enjoliveront leurs lèvres avec des sourires, leurs bras fracturés avec des attelles
ils maintiendront. Bientôt les Instructions pour les rêveurs arriveront
dans leurs boîtes à lettre. Ils vont s'affranchir du joug, se libérer des peines habituelles.

Le mécanisme de la pensée se modifie tous les jours plus rapidement.
Le suc d'un cordon avec le bout d'un autre cordon entremêle
et de lui-même se fera l'entrelacement, ressemblant à un nœud coulant. Quand
les fantasmes s'unissent, les lendemains victorieux avec une allure de femme sur les ailes

du bonheur volent, une ombre joyeuse enlace les dormeurs puis meurt. Avant
de lâcher son âme, l'avenir conduit ses garçons attristés
à faire un tour agréable. Chacun boit un toast, remercie souriant.
Le démon du présent tourmente les enfants de la misère, délaissés et maltraités,

orphelins de cette vie qui même après la vie, car sait ne pas exister vraiment,
n'arrête pas de frapper. Sauf dans le rêve, s'il est humide et brûlant.

traduit du croate par Brankica Radic




Kresimir Bagic à la 2e nuit de la Poésie

Kresimir Bagic
Né en 1962 à Gradište. Poète, écrivain, essayiste, théoricien, critique, enseigne la stylistique à la Faculté des Lettres de Zagreb. A enseigné la langue croate à la Sorbonne. Auteur du panorama de la prose croate contemporaine Les facteurs du sommeil léger.




300 mètres au-dessus de la terre

à quoi réfléchit
une gouttelette de pluie
pendant qu'elle tombe
pendant qu'elle est à 300 mètres
au-dessus de la terre

sait-elle planifie-t-elle
cherche-t-elle un trottoir
une chaussure un parapluie un désert
un ongle sur lequel tomber

fait-elle la guerre au vent
ou cela lui est-il égal

ou bien son âme
est restée dans le nuage
et avec lui a-t-elle à l'avance
dissout chaque centimètre
lequel s'est dévidé
dans sa mémoire

A-t-elle peur du tigre
qui attend dans la forêt
et défend au feuillage de chuchoter
à l'abeille de bourdonner
à la fourmi de dire
"j'ai soif"

Traduit du croate par Marin Andrijasevic


L'Ascension

Subitement la montagne, haute,
blanchie par la neige,
se dresse devant moi.

Je la regarde et elle me dit: grimpe!
Et moi, je grimpe.
Je rassemble la neige.

J'offre à la blancheur des flocons de voix.
A chaque mouvement augmente
le rideau muet des cieux.

Lorsque, enfin, j'atteinds le sommet,
je m'y allonge pour me reposer
et m'incline devant la couronne des cieux.

Mais la montagne ne me laisse pas de répit, elle dit:
je me suis égarée en toi,
maintenant c'est toi la montagne.

Et elle se froisse en un éclair,
disparaît sous terre,
en un grain de poussière.

Hébété, je reste suspendu en l'air
comme une vulgaire étoile dans un théâtre de marionnettes.

Traduit du croate par Marin Andrijasevic


Le toucher, le regard vers la rose

le regard
regard vers la rose
au parfum du vers
ayant conçu et anéanti
la troisième planète
il ne pouvait pas s'arrêter
nous ne pouvions pas
l'arrêter
et le porter à la maison
dans lui
on aime haït vole
se tait surtout
disparaît avant le premier clin d'oeil
la voix que j'ai inspirée
m'a transformé en amas de terre
inapte à habiter
quelle main
et quand
recourra-t-elle à ce silence obscur
pour recouvrer la forme
pour que je recouvre la parole

traduit du croate par Vanda Miksic


La maison

tout va bien, je n'ai pas
besoin de médecin, je lis
le journal, entre deux grandes
fumées, deux injections
d'immunité, je construis la maison,
j'établis mon paradigme personnel,
je décline les enchevêtrements des os,
les oasis des muscles, les organes
intérieurs, le cerveau.
je saigne légèrement pour tromper.
les invités sont à la maison, la maison
s'écroule, brûle. la fumée est son
début et sa fin.
l'odeur du brûlé est l'odeur du sang
et l'odeur de la couleur d'imprimerie,
l'appel, le vocatif.
entre deux grandes fumées, deux
"chapitres d'une histoire
commune", le plan de mon corps
est codé soigneusement.
tout va bien. je n'ai pas
besoin de médecin.

traduit du croate par Vanda Miksic




Vanda Miksic, Brankica Radic et Sibila Petlevski
Slavko Mihalic
Né en 1928 à Karlovac. Poète, écrivain, journaliste, il a été rédacteur en chef de plusieurs revues littéraires, initiateur de l'événement littéraire 'Zagrebacki knjizevni razgovori' (Conversations littéraires de Zagreb). Auteur de l'anthologie La poésie croate (avec Ivan Kusan, éd. Seghers, Paris, 1972). Actuellement il est rédacteur en chef de la revue Forum, ainsi que le président de l'Association des écrivains croates.



L'homme à la lampe

Il descend l'escalier lève la lampe, ancienne
sensation de l'ordre dans l'absurdité, pourquoi n'en voit-on pas
le visage? Cet ordre, a-t-il des dents, la faim le surprend-elle
comme un coup de foudre? Tout n'est qu'un
faible pressentiment. Une petite chanson plutôt,
apprise il y a longtemps, filant de par le monde
tels des wagons déserts. A qui appartient cet esprit
qui n'accepte pas de nouveautés, qui répète toujours
la vieille matière des tréfonds, la raison de l'homme
à la lampe ou de celui qui dans la gêne écrit
des vers? Et tel un oiseau en cage, il sautille
d'un perchoir à l'autre, s'attriste ou se réjouit.
L'image ne pâlit pas. Captée par une manoeuvre habile
au milieu de sa propre irréalité, elle s'étonne
d'exister encore. L'homme descendant
l'escalier, cette même inexistence qui lui
est propre, lève la main avec la lampe
en vain, car dedans il n'y a pas une goutte d'huile, quel
sens pourrait avoir l'entassement de la neige,
les images disparaissent, à présent on voit -
le pressentiment de l'ordre n'était qu'une fausse alerte.

traduit du croate par Vanda Miksic


Les adieux

Avant de fermer les persiennes,
avant d'envoyer les meubles
au premier antiquaire,
avant d'abattre les pierres
de la cheminée, avant de te mettre
le manteau sur les épaules,

promène-toi dans le jardin et regarde
combien de fleurs il y a soudain,
écoute le chant des moineaux
qui ne nous abandonnent jamais.

Avant de mettre ces quelques petites
choses dans ta valise,
avant de rompre la clé
de la porte verrouillée,

réfléchis, ce paysage peut-il
exister sans toi à cet endroit,
ne s'écroulera-t-il, tous les fils
retirés, derrière toi.

traduit du croate par Vanda Miksic


Je traverse Zrinjevac effleuré par la mer

Je traverse Zrinjevac, effleuré par la mer.
Le ciel crie de joie, la foule nue murmure.
Le bateau est en train d'aborder le café Splendid.

Il se peut que dans le coeur je porte la mer
qui en appelle une autre dans les rues étroites.
C'est dimanche; le mistral laboure les trottoirs déserts.

Les phares de l'esprit s'allument et s'éteignent.
La joie de la pensée libre trouve place
pour les morts et les vivants.
Les siècles égarés finalement retrouvés.

Les poissons prononcent le silence sacré.
Même si la mer devient furieuse,
le sens ne se noie pas.
La tempête est la purification
de l'éternelle douleur croate.

La mer m'effleure et je déploie
mes branches.
Toute racine tremble
dans sa feuille argentée.
La tour annonce midi, la marée
monte jusqu'aux toits.

Nous sommes le bateau d'un million d'habitants,
sans l'intention de renoncer.

traduit du croate par Vanda Miksic


Piège à souvenirs

Ses fleurs étaient le susurrement timide.
Croîs-tu encore, grêle prunier,
du côté sud de la maison,
que la changeante réalité a transformé ensuite
en piège à souvenirs...
Presses-tu toujours tes poings menus
contre les seins d'azur, si doux
au palais d'un somnambule de douze ans
qui dans le transport embrasse sa chemise...
Tout était trop évident, trop rationnel.
Le rêve a crevé ses propres yeux.
Le bruissement, puis l'armée. L'étincellement, puis la guerre.
Comment supportais-tu la solitude dans ces
nuits sanguinaires, car les yeux du garçon
étaient tournés vers le ciel, où dans les ténèbres
grondaient les anges métalliques...
Les explosions ont changé la disposition du coeur.
Longtemps après rien ne se passait,
mais à présent j'aimerais, dans la seule nuit qui reste,
ériger un monument au prunier.
Les feuilles entre mes doigts. Sans fruits
pourtant. Le monde a brouté toute sa
douceur originaire.

traduit du croate par Vanda Miksic


Maître, éteins la chandelle

Maître, éteins la chandelle, les temps sérieux sont à la porte.
De nuit plutôt compte les étoiles, gémis pour la jeunesse.
Ta parole indocile pourrait s'arracher de sa laisse.
Plante l'oignon dans ton potager, fends le bois, débarrasse le grenier.
Il est mieux que personne ne remarque tes yeux étonnés.
C'est ton métier: tu ne peux rien taire.
Si tu n'y résistes pas et une nuit reprends la plume,
maître, sois raisonnable, ne t'occupe pas de prophéties.
Tente de noter le nom des étoiles.
Les temps sont sérieux, on ne pardonne rien à personne.
Seuls les clowns savent comment s'en tirer:
ils pleurent ayant envie de rire et ils rient quand de pleurs
leur visage est déchiré.

traduit du croate par Vanda Miksic



Les poètes croates au 19e Marché de la Poésie.

Hrvoje Pejakovic
Né en 1960 à Zagreb. Poète, critique, essayiste, membre de la rédaction des revues 'Pitanja' (Questions) et 'Europski glasnik' (Messager européen), rédacteur à la maison d'édition 'Hrvatska sveucilisna naklada'. Auteur de l'anthologie du poème en prose croate Chimère, notre maîtresse en collaboration avec Z. Mrkonjic et A. Skunca en 1992. Il est décédé en 1996. Son recueil des poèmes Ville interdite a été récemment publié en français aux éditions Est-Ouest internationales.



Ars poetica

Les chanteurs chantaient, les lecteurs tournaient les pages, j'étais là-bas. Si tu veux appelle ça paysage matinal, si tu veux fin de chemin : les tas de dynamite vétuste, ce désordre de la fable d'hier, une perceuse poétique braquée sur le cœur du jour qui nous enveloppe de honte. J'étais là-bas, mais sur le côté chaud de la peau seulement le même barbelé toujours, ce jardin abandonné auquel tu écrivais des lettres. Je pense que nous ne pourrons pas. Je pense que nous n'avons pas, ne savons pas, ne sommes pas ou quoi qu'il puisse être dit dans un moment pareil.

traduit du croate par Brankica Radic


Et un poème désespéré

Bien qu'il soit probablement
prématuré d'en parler
je pense ce soir quand même
devoir te dire que mon espoir
qu'une fois tout terminé
on osera peut-être sourire comme après
un malentendu désagréable
heureusement écarté à temps
au fil des jours s'affaiblit de plus en plus.

traduit du croate par Brankica Radic


Dans le train vers le sud

Elle poussera un cri d'effroi, rêvant la certitude
D'être dans le train qui ne s'arrête jamais
Milan Milisic: " Train de nuit "

" Et pour toujours, pour toujours, ici ? " murmures-tu effrayée, le front appuyé contre la vitre sale. Quoi d'autre pourrais-je te dire sur ce train que tu ne saches déjà ? La fatigue éteint chaque nom, le souffle des lointains (promis, compromis) moisit entre les pages du livre. Ici, ma chère, au milieu du plastique, du métal, du ricanement des roues, ici, s'étouffant, visage vers le mur. Jamais n'a existé le vent de nuit, jamais l'endroit où se croisent les parallèles. Quoi d'autre pourrais-je te dire ? Quoi d'autre pourrais-je te dire?

traduit du croate par Brankica Radic

  RECHERCHER
 
  Approfondir

  TOUS LES ARTICLES
  7e Journées culturelles de la Croatie à Coucy-le-Château  
  Dora Maar - Picasso : Regards complices  
  Les sites croates du Patrimoine mondial  
  La langue et la culture croates et la mondialisation  
  Des Racines & des Ailes : Spéciale Croatie  
  « Angle nord » de Hrvoje Pejakovic  
  Vie et Poésie de Tin Ujevic  
  M. Radman : « la question de l'homme transgénique »  
  La Vision de Tondal sacrée Diapason d'or  
  Venise redécouverte par Matvejevitch  
  La Renaissance en Croatie  
  Dessins et gravures de Josip Zanki  
  Radovan Ivsic, poète de l'amour fou et du rêve  
  Tomislav Gotovac, l'infatigable trublion  
  La cyber-citoyenneté selon Andreja Kuluncic  
  Marica Bodrozic ou la candeur d'une enfance dalmate  
  Conférences : Louise Lambrichs & Alain Finkielkraut  
  L'Europe de 2020 s'affiche  
  Jasenka Tucan-Vaillant à l'Unesco  
  Dino Jelusic remporte l'Eurovision junior  
  L'INA rend hommage à Ivo Malec  
  Renata Pokupic est Anna dans Les Troyens de Berlioz  
  Les Symphonistes de Zagreb jouent pour Barbara Hendricks  
  Klapa Vranjic en Provence  
  Miroslav Radman, Grand Prix Inserm 2003  
  Des Racines & des ailes : spéciale Croatie  
  Exposition : Zvonimir Loncaric  
  Dialogos : la Vision de Tondale  
  Salone, capitale de la Dalmatie romaine  
  Cannes 2003 : "Susa" de Dalibor Matanic  
  Rencontres avec cinq poètes croates  
  Dialogos : Lombards et Barbares  
  Edition française de la "Judith" de Marulic  
  Voix dalmate : Kate - Rencontre magique  
  Miroslav Radman élu à l'Académie des Sciences  
  INALCO - Miroslav Krleza et la littérature  
  UNESCO - concilier paysage dalmate et urbanisme méditerranéen  
  Photo - Vraies Semblances, Frank Horvat  
  Exposition Edo Murtic  
  Sorbonne : Franjo Vranjanin - Francesco Laurana  
  Graphisme - Knifer prend le maquis  
  Découverte : l'Adriatique vue par Ulysse  
  Animation - Flash sur les contes croates  
  Poésie - "Personne ne parle croate"  
  Soirée littéraire - Tomislav Durbesic  
  Concert de Maksim Mrvica à l'ADI à Paris  
  Ivan Kozaric au Musée d'Art Moderne de Paris  
  Poésie croate au 4e Printemps des poètes  
  Engagement, Exil, Poésie: Kordic, Hrustanovic, Gotovac  
  Hommage à Jean-Louis Depierris  
  Le Seuil: Hommage à Mirko Grmek  
  Dialogos: La Vision de Tondale  
  Soirée musicale croate  
  Poésies croates au 19e Marché de la Poésie  
  Miro Kovac : La France et la question croate  
  Expo : Atelier 8815  
  Graphisme : Julije Knifer à Saumur  
  Expo : L'Europe des Anjou  
  Je parle français, et toi ?  
  Rétrospective du cinéma croate à la Sorbonne  
  Maksim Mrvica aux 11e Rencontres des Jeunes pianistes  
  Chœurs des églises de Hvar  
  liste complète

 
  ARCHIVES DES BRÈVES  
  IN MEMORIAM
 
Mirko Drazen GRMEK, historien de la médecine et spécialiste de Claude Bernard
 
  Docteur Grmek  
  L'engagement et la cohérence  
  La mémoire manipulée  
  La démocratie européenne à l’épreuve de la guerre contre la Croatie  
  Rudjer Josip BOSKOVIC (1711-1787)  
 

 LA CROATIE | ACTUALITÉS | VIE CULTURELLE | ACCUEIL 

 Haut de page | Plan du site | Nous contacter