Le Drapeau national

Il est constitué de trois bandes horizontales d’égale largeur : rouge, blanc, bleu (de haut en bas), et du blason national placé en son centre. Le battant du drapeau (la largeur) est exactement le double du guindant (sa hauteur).

Établi, d’une part, sous l’influence de la Révolution française qui popularisa le tricolore comme symbole de la liberté, et d’autre part, comme combinaison des couleurs des armoiries traditionnelles (de gueules et d’argent pour la Croatie, d’azur et d’argent pour la Slavonie, et d’azur et d'or pour la Dalmatie), le drapeau croate moderne visait à représenter, au siècle dernier, les aspirations à l’unification des pays croates prônée par le Renouveau national croate. Finalement c’est en 1848 que le tricolore rouge-blanc-bleu est officialisé, fusion du drapeau rouge et blanc de la Croatie, et du drapeau bleu et blanc de Slavonie. Sanctionné ensuite par le Compromis croato-hongrois de 1868 comme « drapeau unifié du Royaume Triunitaire de Croatie-Slavonie-Dalmatie », il constitue depuis le drapeau national croate.

Après avoir été adopté par l'éphémère Etat des Croates, Serbes et Slovènes (29 oct. - 1er déc. 1918), il fut suspendu au moment de la création du Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, future monarchie yougoslave. Le Compromis serbo-croate de 1939 qui donna naissance à la Banovine de Croatie le réintroduira, et l'usage consacrera alors l'emploi du blason (coiffé parfois de la couronne royale) comme emblème national indissociable, au centre du drapeau tricolore.

Blason officiel de la République socialiste de Croatie (1945-1990), au sein de la Yougoslavie fédérale.

Entre 1941 et 1945, le gouvernement d'Ante Pavelic, à l'instar des autres régimes collaborationistes d'Europe, usurpa les symboles nationaux traditionnels. Ainsi, il ajouta dans l'angle supérieur gauche du drapeau un "U", sigle du parti oustachi. Après la Seconde Guerre mondiale, la République socialiste de Croatie (1945-1990), l'une des entité fédérée de la Yougoslavie titiste, reprend naturellement le tricolore croate à son compte, mais remplace le blason historique par l'étoile rouge communiste. Celui-là demeurera néanmoins, et jusqu'à l'indépendance en 1991, au centre des armes officielles de la république croate au sein de la fédération yougoslave. Conformément à l'iconographie communiste habituelle, il sera toutefois flanqué de gerbes de blé et coiffé de l'étoile rouge.

SITES INTERNET

 Le drapeau croate (angl.)
 Drapeaux historiques (angl.)
 Pliage officiel du drapeau croate (angl.)
 Armes des villes et régions croates (angl.)
Armes des villes et régions croates (croate)

Finalement, le drapeau croate traditionnel frappé du blason historique a refait son apparition au lendemain des premières élections démocratiques d'avril 1990. Après l'adoption de la nouvelle Constitution du 22 décembre 1990, une loi en a fixé précisément les proportions et a entériné les modifications qui lui ont été apportées à cette époque. Celles-ci concernent principalement la couronne des cinq écus régionaux qui coiffe désormais le blason historique.

Le drapeau national ou drapeau d’État fait désormais également office de pavillon marchand et pavillon d’État.


Le blason d’État

Figurant au centre du drapeau national, le blason d’État est constitué en premier lieu du blason historique croate : un écu échiqueté (damier) de vingt-cinq pièces (ou carreaux) alternativement de gueules (rouges) et d’argent (blancs) – les cantons (carreaux d’angle) étant de gueules. L’écu est lui-même coiffé d’une couronne stylisée composée de cinq écussons (pointes vers le chef) représentant les armes historiques médiévales des pays croates, de dextre à senestre : sur champ (fond) d’azur une étoile d’or à six rais surmontant un croissant d’argent (Vieille Croatie ou Illyrie) ; trois bandes horizontales d’azur profond (à l’origine elles étaient d’argent) sur champ de gueules (Dubrovnik) ; champ d’azur chargé de trois têtes de léopard (lions vus de face) d’or couronnées (Dalmatie) ; une chèvre d’or aux cornes et sabots de gueules sur champ d’azur sombre (Istrie) ; enfin, sur champ d’azur, une fasce (bande horizontale) de gueules bordée d’argent et chargée d’une martre passante de sable à ventre d’argent (tête à dextre), le tout surmonté d’une étoile d’or à six rais (Slavonie). L’ensemble, écu et écussons, est bordé d’un fin liseré rouge.

Le blason croate historique, échiqueté de gueules et d’argent, apparaît sur le sceau apposé sur l’acte relatif à l’élection de Ferdinand Ier de Habsbourg pour roi de Croatie, par la Diète croate (Sabor) réunie à Cetin en 1527. Bien qu’il se soit agi à l’époque d’un échiqueté de 8 x 8 pièces, ce sceau fait figure d’une des premières sanctions diplomatiques du blason croate. Celui-ci s’est ensuite présenté sous diverses formes quant aux nombre de pièces ou à l’alternance des couleurs, pour se fixer finalement à un écu de 5 x 5 pièces.

L’ordre des couleurs - rouge ou blanc dans les angles - continuera quant à lui à varier jusqu’au XXe siècle pour, semble-t-il, se fixer définitivement ces cinquante dernières années. Ainsi, en 1883, le Sabor établissait par une loi que les cantons (carreaux d’angles) du blason national étaient d’argent. Ils devinrent cependant de gueules du temps de la Banovine de Croatie (1939-1941), puis d'argent sous l'occupation. Depuis 1945, les cantons de gueules semblent néanmoins s'imposer, comme l'attestent le blason de la République socialiste yougoslave de Croatie (1945-1990) et celui adopté par la Croatie indépendante depuis 1990.

(*) Nous avons ici tenu compte du vocabulaire très précis en usage dans l’héraldique, et notamment du nom des couleurs (ou émaux). Celles-ci sont au nombre de sept et se divisent en couleurs (azur [bleu], gueules [rouge], pourpre [violet-gris], sable [noir] et sinople [vert]) et en métaux (argent [blanc] et or [jaune]). Les termes dextre et senestre désignent quant à eux respectivement les côtés droit et gauche de l'écu, par rapport au personnage qui est censé le porter.


Hymne national

Les vers de l’hymne national croate ont été composés par Antun Mihanovic (1796-1861). Le texte en a été publié pour la première fois en 1835 sous le titre « Horvatska domovino » [La patrie croate] dans la revue « Danica ». En 1846, le jeune cadet de Glina, Josip Runjanin (1821-1878), l’a mis en musique, avant que celle-ci ne soit définitivement harmonisée en 1891 par V. Lichtenegger. Dès la même année, ce chant fut entonné pour la première fois en tant qu’hymne national sous le titre « Lijepa naša domovino », ou plus communément « Lijepa nasa » [Notre belle].

Ecouter l'hymne croate :

Version instrumentale (8 Ko)
Version orchestrale (800 Ko)



Lijepa nasa domovino

Lijepa Nasa Domovino,
Oj junacka zemljo mila,
Stare slave djedovino,
Da bi vazda sretna bila!

Mila, kano si nam slavna,
Mila si nam ti jedina,
Mila kuda si nam ravna,
Mila kuda si planina!

Teci Savo, Dravo teci,
Nit ti, Dunav, silu gubi!
Sinje more, svijetu reci,
Da svoj narod Hrvat ljubi!

Dok mu njive sunce grije,
Dok mu hrasce bura vije,
Dok mu mrtve grobak krije,
Dok mu zivo srce bije.

 

Notre belle patrie

Qu'elle est belle notre patrie !
Féconde mère de héros,
A jamais sois fière et chérie,
Antique legs de leurs travaux.

Notre amour égal à ta gloire,
Notre amour est seul tout à toi.
Nous aimons tes plaines de moire,
Tes montagnes au port de roi.

Roule ô Save : tes flots rapides,
Et toi, Danube, hâte ton cours,
Azur*, à tes rives splendides,
Du Croate dis les amours.

Tant qu’au soleil luiront tes plaines,
Patrie, et que sur tes hauteurs
La foudre ébranlera nos chênes,
Jusqu’à la tombe, à toi nos cœurs !

   


Traduction : Henri Carion (1812-1892)**

NOTES :

(*) Dans la traduction originale « Partout » figure à la place de « Azur » : en effet, en 1990 dans le texte officiel de l’hymne croate adopté par la Constitution une légère modification a été apportée au texte original afin que référence soit faite à la mer Adriatique, jusqu’alors curieusement absente des quatre strophes chantées.

(**) La traduction en vers français a été faite sur le même rythme que la poésie croate.

 
  RECHERCHER
 
  Approfondir

  PORTAIL INTERNET
  Sélection de 500 sites croates  
 
 
  TOUS LES ARTICLES
  GUIDE PRATIQUE
 
Mini-guide touristique
 
  Administrations  
  Se rendre en Croatie  
  Infos pratiques  
  Offices de tourisme, hôtels, campings, marinas  
  Chambres de commerce  
  Les 101 premières entreprises croates  
  Le Poste d’expansion économique à Zagreb  
  Les médias en Croatie  
  Adresses en France  
  Étudier le croate  
  Traducteurs et interprètes  
  Téléphoner en Croatie  
  Annuaire téléphonique  
  Ambassade de France à Zagreb

 
  EN SAVOIR PLUS
 
La Croatie en bref
 
  Carte de la Croatie  
  Culture et histoire  
  Régime politique  
  Organisation territoriale  
  Population & religions  
  Économie  
  Tourisme  
  Chronologie historique  
  Drapeau, blason, hymne  
  Le Sabor, parlement croate  
  La langue croate  
  Petit lexique franco-croate  
  Littérature disponible  
  Argent et monnaie  
  La cuisine croate  
  Le saviez-vous ?  
 

 LA CROATIE | ACTUALITÉS | VIE CULTURELLE | ACCUEIL 

 Haut de page | Plan du site | Nous contacter