La monnaie
Tout savoir sur l'argent en Croatie, la kuna, son taux de change, l'euro, les différents moyens de paiement, le coût de la vie ou l'histoire de la monnaie croate.

La kuna
L'unité monétaire croate, la kuna (dont le nom signifie martre et se prononce « kouna »), se divise en 100 lipas (tilleul). Elle a pour abréviation locale « Kn » et pour sigle international « HRK ». Voir plus bas pour l'historique et les reproductions des pièces et billets.
Les pièces se déclinent sous les formats suivants : 1, 2, 5 et 25 kunas, ainsi que 1, 2, 5, 10, 20 et 50 lipas. Les billets, eux, existent avec les valeurs de 5, 10, 20, 50, 100, 200, 500 et 1000 kunas.

Taux de change
1 euro (EUR) s'échange en juillet 2003 contre 7,48 kunas (HRK) ; En raison de la faible inflation de la monnaie croate, son cours par rapport à l'euro est relativement stable (il était de 7,51 en octobre 2000). Le taux du jour exact est consultable sur le site de la Banque nationale de Croatie.
Les bureaux de change abondent et pratiquent des taux similaires, avec en général une commission de 1 à 1,5 % pour les espèces et les chèques de voyages. Seules les banques changent la monnaie locale en monnaies fortes, sur présentation du reçu de la transaction initiale. Les bureaux de poste pratiquent également le change et restent ouverts plus longtemps.

L'euro en Croatie
Les euros sont acceptés tout à fait normalement dans tous les bureaux de change en Croatie. Pour faciliter l'appréciation des prix, certains établissements ont adopté le double affichage (kunas et euros), même si le paiement ne peut être effectué qu'en kunas.

Les chèques de voyages
Les chèques de voyages sont acceptés dans toutes les banques, mais le taux de change est beaucoup moins avantageux que pour les espèces.

Les distributeurs de billets
En général placés à l'entrée des banques, ils dépendent de leurs horaires d'ouverture. Une commission unique est prélevée pour chaque retrait, indépendamment de la somme retirée.

Les cartes bancaires
Les cartes Eurocard, Mastercard, Visa ou AmericanExpress sont acceptées en Croatie et y sont de plus en plus répandues. Tous les bureaux de poste permettent les retraits d'argent avec une Mastercard ou une Cirrus et de plus en plus avec une Diners Club. Les cartes Visa, Plus, Maestro, Mastercard, Cirrus et Diners Card sont acceptées dans la plupart des magasins, hôtels et restaurants des grandes villes et de nombreux villages touristiques disposent d'un distributeur automatique. Les services rattachés à la carte AmericanExpress sont aussi valables en Croatie auprès des agences Atlas et des succursales de la Privredna Banka.

Banques
- Les banques et les bureaux de poste sont ouverts du lundi au vendredi de 7h à 19h, le samedi de 7h à 13 h, sauf jours fériés.

CHANGER SES KUNAS EN FRANCE

Les kunas ne sont généralement pas acceptées par les bureaux de change en France. Toutefois, il existe à notre connaissance au moins un bureau de change à Paris qui accepte des kunas, mais à un taux relativement cher (environ 8 euros pour 100 kunas, soit 12,50 kunas pour 1 euro).
Multi Change
7 rue Marbeuf, 75008 PARIS
Tél. 01 47 20 23 57.

Perte ou vol de carte bancaire
- Pour signaler la perte ou le vol de votre carte American Express, contactez le 01-61-24-422 ; pour une carte Diners club, appelez le 08-00-144 ou le 01-45-54-511.
- Pour faire remplacer une carte Visa volée ou perdue, contactez 24h/24 le 021-344 276 ou rendez-vous à Zagreb à la Splitska Banka, Zrinjevac 16, ouverte de 9h à 15h du lundi au vendredi.
- Le remplacement d'une Eurocard ou d'une MasterCard est impossible en Croatie mais vous pouvez y faire opposition en appelant 24h/24 la Zagrebacka Banka au 01-37-89-789
.

Coût de la vie
Pour les touristes étrangers, l'hébergement, surtout en pleine saison, représentera la plus grande part du budget. Sur la côte les prix en sont presque inférieurs de moitié avant la mi-juin, mais restent élevés toute l'année à l'intérieur des terres. En outre, une surtaxe de 30 à 50 % s'applique aux séjours chez l'habitant inférieurs à quatre nuits. Les transports en bateau et en bus et les activités culturelles sont assez bon marché, et un repas au restaurant revient souvent à moins de 50 kunas. Même s'il restent à des prix très abordables, les biens de consommation courante dans les épiceries et supermarchés sont, en comparaison, assez élevés, la TVA s'élevant en effet à 22 %.
QUELQUES PRIX INDICATIFS :
- une chambre double en hôtel : 250 à 500 Kn (34 à 69 €)
- un repas au restaurant : 70 à 150 Kn (10 à 21 €)
- un litre d'essence sans plomb : 6,10 Kn (0,85 €)
- un café : 4 Kn (0,5 €)

 

Historique
L’origine du terme kuna remonte à l’antiquité. Dès l’époque romaine, dans les provinces de Pannonie supérieure et inférieure (Hongrie et Slavonie croate actuelles), les taxes sont prélevées en peaux de martres alors très prisées. Le terme latin martus est ainsi à l’origine du mot croate marturina ou taxe. Au Moyen-âge, un grand nombre de monnaies étrangères sont utilisées en Croatie (byzantines en Dalmatie, franques au nord). Néanmoins, dans les plaines de Slavonie une monnaie propre est en usage au moins depuis 1018 et entre 1260 et 1380, un écu d’argent orné d’une martre est également frappé par les bans croates. La réduction de l’autonomie de la Croatie au sein du royaume hungaro-croate entraînera par la suite la disparition progressive de cette monnaie.

   
1 kuna
pile : la martre
face : le rossignol
  2 kunas
pile : la martre
face : le thon
  5 kunas
pile : la martre
face : l'ours brun

Elle réapparaîtra en 1939, lorsque la Banovine de Croatie, établie dans le cadre de la monarchie yougoslave, envisage de battre sa propre monnaie. En 1941, lorsque éclate la Seconde Guerre mondiale, elle est ainsi adoptée autant par le gouvernement collaborationniste croate que par les partisans croates antifascistes qui mettent en circulation dans le maquis des bons libellés en kunas. A la Libération le dinar, à l’origine monnaie de la Serbie, redeviendra celle de l’ensemble de la Yougoslavie. Enfin après l’indépendance de la Croatie en 1991, et à la suite d’une phase de transition monétaire de plus de deux ans – au cours de laquelle un éphémère dinar croate se substitua au dinar yougoslave – la kuna est finalement mise en circulation le 30 mai 1994.

 
5 kunas - recto
Petar Zrinski (1621-1671) et Fran Krsto Frankopan (1643-1671), aristocrates croates et chefs de file de la fronde émancipatrice menée contre Vienne.
  5 kunas - verso
La forteresse Renaissance de Varazdin (milieu du XVIe siècle) érigée dans le cadre de la fortification des Confins militaires de Croatie et de Slavonie.
     
 
10 kunas - recto
Juraj Dobrila (1812-1882), évêque de Porec-Pula et promoteur du renouveau croate en Istrie.
  10 kunas - verso
L’amphithéâtre romain de Pula (Ier siècle), en Istrie, figure parmi les six plus grands amphithéâtres romains encore debout.
     
 
20 kunas - recto
Josip Jelacic (1801-1859), général et ban élu de Croatie-Slavonie-Dalmatie, il a aboli le servage et défendit l'autonomie croate.
  20 kunas - verso
La colombe énéolithique de Vucedol (IIIe millénaire av. J.-C.) et le palais baroque Eltz à Vukovar (XVIIIe siècle).
     
 
50 kunas - recto
Ivan Gundulic (1589-1638), poète, auteur du chant épique Osman et de l’ode à l’indépendance de Dubrovnik : « Ô belle, ô chère, ô douce liberté ! ».
  50 kunas - verso
La vieille ville de Dubrovnik. Capitale jusqu’en 1808 de l’ancienne république indépendante, elle est aujourd’hui inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.
     
 
100 kunas - recto
Ivan Mazuranic (1814-1890), ban de Croatie et homme de lettres, il proclama le croate langue officielle et instaura l'école obligatoire.
  100 kunas - verso
L’église Saint-Guy à Rijeka, ainsi baptisée en l’honneur du patron de la ville, est reconnaissable à son plan octogonal (début du XVIIe siècle).
     
 
200 kunas - recto
Stjepan Radic (1871-1928), leader politique croate charismatique de l'entre-deux-guerres, assassiné au parlement yougoslave.
  200 kunas - verso
Le palais du Généralat (début du XVIIIe siècle) à Osijek, la capitale de la Slavonie. Il abrita le siège du commandement des Confins militaires de Slavonie.
     
 
500 kunas - recto
Marko Marulic (1450-1524), humaniste et véritable « père » de la littérature croate. Il composa en 1501 le premier poème épique croate, Judita.
  500 kunas - verso
Le palais de l’empereur romain Dioclétien édifié à la fin du IIIe siècle à Split. Inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, il constitue aujourd’hui le noyau de la capitale dalmate, deuxième ville du pays.
     
 
1000 kunas - recto
Ante Starcevic (1823-1896), homme politique et idéologue, prônant l'indépendance de la Croatie.
  1000 kunas - verso
La statue équestre du roi Tomislav et la cathédrale Saint-Étienne à Zagreb, reconstruite en style néogothique sur les fondations de la cathédrale primitive du XIe siècle, après le séisme qui dévasta la capitale en 1880.
  RECHERCHER
 
  Approfondir

  PORTAIL INTERNET
  Sélection de 500 sites croates  
 
 
  TOUS LES ARTICLES
  GUIDE PRATIQUE
 
Mini-guide touristique
 
  Administrations  
  Se rendre en Croatie  
  Infos pratiques  
  Offices de tourisme, hôtels, campings, marinas  
  Chambres de commerce  
  Les 101 premières entreprises croates  
  Le Poste d’expansion économique à Zagreb  
  Les médias en Croatie  
  Adresses en France  
  Étudier le croate  
  Traducteurs et interprètes  
  Téléphoner en Croatie  
  Annuaire téléphonique  
  Ambassade de France à Zagreb

 
  EN SAVOIR PLUS
 
La Croatie en bref
 
  Carte de la Croatie  
  Culture et histoire  
  Régime politique  
  Organisation territoriale  
  Population & religions  
  Économie  
  Tourisme  
  Chronologie historique  
  Drapeau, blason, hymne  
  Le Sabor, parlement croate  
  La langue croate  
  Petit lexique franco-croate  
  Littérature disponible  
  Argent et monnaie  
  La cuisine croate  
  Le saviez-vous ?  
 

 LA CROATIE | ACTUALITÉS | VIE CULTURELLE | ACCUEIL 

 Haut de page | Plan du site | Nous contacter