Le Sabor

LE PARLEMENT CROATE

Hrvatski Sabor
Trg sv. Marka 6-7
HR - 10 000 Zagreb
Tél. : (+385 1) 45 69 222
Fax : (+385 1) 45 65 299
www.sabor.hr

Le parlement croate, ou Hrvatski Sabor, est depuis la réforme constitutionnelle du 28 février 2001 une assemblée monocamérale. En outre, la Croatie a abandonné le système semi-présidentiel qu'elle a connu jusqu'en 2000, pour adopter depuis un système parlementaire intégral.

Onze ans plus tôt, le 30 mai 1990, s'était tenue la première session du Sabor multipartite, issu des premières élections libres de l'après-communisme. Par la suite, il avait été instauré, selon les dispositions de la Constitution du 22 décembre 1990, comme parlement bicaméral, réunissant une Chambre des Députés (Zastupnicki dom) et une Chambre des Comitats - régions - (Zupanijski dom). Désormais, son unique chambre est composée d'un nombre variable de députés, entre 100 et 160 (actuellement 151 députés) élus pour une législature de quatre ans. Il compte actuellement 38 femmes (25 %).

Histoire du Sabor

Le Sabor est certainement la plus vénérable des institutions politiques nationales, le témoin emblématique de la continuité étatique de la Croatie au cours des siècles passés, corollaire des multiples statuts d'autonomie dont elle a pu bénéficier.

L'avènement du roi Tomislav en 925, par le peintre Oton Ivekovic.

Son origine est fort ancienne puisqu'on retrouve un embryon du Sabor au Haut Moyen âge, dès 753. En 925, le Sabor, composé alors de nobles et de représentants du clergé, approuve l'avènement de Tomislav, premier roi des Croates. Puis, à l'extinction de la dynastie en 1102, le royaume est dirigé par un ban (ou vice-roi) et réuni à la couronne hongroise de St-Etienne : le roi de Hongrie, Koloman, est alors élu roi de Croatie et de Dalmatie à Biograd, au Sabor (diète) de Biograd.

Ainsi le Sabor croate figure, aux côtés du Althing islandais, formé aux environs de 930, parmi les plus anciens parlement d'Europe, puisque la Sicile s'en dota vers 1130 et l'Angleterre vers 1300, ce dernier étant habituellement considéré comme l'archétype du parlement moderne.

Le procès-verbal de la session du Sabor de 1273.

Cher au coeur des Croates, le Sabor perpétua au fil des siècles le souvenir de l'indépendance nationale, laquelle fut progressivement limitée à partir du XIIe siècle. Par la suite le Sabor se scinda en deux assemblées reflétant la division des pays croates. Le Sabor de Slavonie (nord) se réunit ainsi pour la première fois en 1273, celui de Croatie-Dalmatie (sud) en 1351. En 1397, usant d'un stratagème, le roi hongrois Sigismond convoqua le Sabor à Krizevci pour y faire massacrer plusieurs seigneurs croates qui lui étaient hostiles et avaient élu Ladislas de Naples pour lui succéder sur le trône de Hongrie-Croatie.

Toutefois, à la mort de Louis II de Hongrie, tué à la fameuse bataille de Mohacs contre les Ottomans, c'est le Sabor, réuni à Cetin, qui élut en 1527 Ferdinand de Habsbourg pour souverain croate. Après 1557, le Sabor de Croatie-Dalmatie ne se réunira plus et seul subsistera celui de Croatie-Slavonie, comme instance représentative unique. Aux côtés de ses prérogatives législatives, le Sabor exerça également les fonctions administratives et exécutives : il gouvernait les pays croates de concert avec le ban. Ce n'est qu'avec l'instauration du Conseil royal croate, en 1767, lorsque la Croatie obtint un gouvernement indépendant du gouvernement hongrois, que le Sabor devint une assemblée purement législative.

Une session du parlement croate en 1848 selon D. Weingärtner.

En 1847, le latin, jusqu'alors langue officielle au Sabor, est remplacé par le croate et l'année suivante l'éminente assemblée siégeant à Zagreb, la capitale croate, abolit le servage. Enfin, en ratifiant en 1868 la Nagodba (Accord hungaro-croate), le Sabor confirma une nouvelle fois le statut autonome très particulier (union personnelle des couronnes de Croatie et de Hongrie) dont bénéficia la Croatie huit siècles durant, de 1102 à 1918, statut à bien des égards comparable à celui liant jadis l'Ecosse à l'Angleterre.

En 1918, lors du démantèlement de l'Autriche-Hongrie, le Sabor proclama l'indépendance de la Croatie, mais craignant l'occupation italienne le nouvel Etat intégrait dans la précipitation le royaume yougoslave nouvellement créé, où la Serbie occupa d'emblée une position hégémonique : Belgrade abolit aussitôt le Sabor, bien que le nouvel Etat fut censé être commun aux Croates, aux Serbes et aux autres nations alors réunies.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, deux Sabor concurrents se constituèrent
. L'un au sein de l'Etat indépendant de Croatie, sous la férule d'Ante Pavelic, installé par les forces de l'Axe en avril 1941. L'autre par le Conseil antifasciste des partisans croates, sous le sigle de ZAVNOH. Le premier, instauré en 1942, se réunit à trois reprises et fut dissous la même année. Le second, établi en 1943, fut présidé par Vladimir Nazor et devint à la Libération, l'assemblée délibérante de la "République fédérée de Croatie", entité constituée dans le cadre de la Yougoslavie communiste de Tito, qui deviendra en 1963 la "République socialiste de Croatie", mais sans réelle souveraineté. Par la réforme constitutionnelle de 1974, cette assemblée se verra par la suite dotée de prérogatives élargies, mais resta jusqu'en 1990 composée exclusivement d'élus communistes.

La session inaugurale du Sabor multipartite, le 30 mai 1990.

Finalement, au printemps 1990, à l'issue des premières élections libres que la Croatie ait connu depuis 1937, la défaite du PC, jusqu'alors parti unique, ouvrit la voie à la restauration d'un Sabor démocratique et multipartite. Ce fut chose faite le 30 mai 1990, date symbolique qui fut adoptée depuis pour Fête nationale. Depuis la réforme d'octobre 2001, le 25 juin, date de la déclaration de souveraineté par le Sabor, lui a cependant succédé ; le 30 mai est, quant à lui, devenu le Jour du Sabor, mais n'est plus férié.

 

  RECHERCHER
 
  Approfondir

  PORTAIL INTERNET
  Sélection de 500 sites croates  
 
 
  TOUS LES ARTICLES
  GUIDE PRATIQUE
 
Mini-guide touristique
 
  Administrations  
  Se rendre en Croatie  
  Infos pratiques  
  Offices de tourisme, hôtels, campings, marinas  
  Chambres de commerce  
  Les 101 premières entreprises croates  
  Le Poste d’expansion économique à Zagreb  
  Les médias en Croatie  
  Adresses en France  
  Étudier le croate  
  Traducteurs et interprètes  
  Téléphoner en Croatie  
  Annuaire téléphonique  
  Ambassade de France à Zagreb

 
  EN SAVOIR PLUS
 
La Croatie en bref
 
  Carte de la Croatie  
  Culture et histoire  
  Régime politique  
  Organisation territoriale  
  Population & religions  
  Économie  
  Tourisme  
  Chronologie historique  
  Drapeau, blason, hymne  
  Le Sabor, parlement croate  
  La langue croate  
  Petit lexique franco-croate  
  Littérature disponible  
  Argent et monnaie  
  La cuisine croate  
  Le saviez-vous ?  
 

 LA CROATIE | ACTUALITÉS | VIE CULTURELLE | ACCUEIL 

 Haut de page | Plan du site | Nous contacter