Le saviez-vous ?

Histoire
Arts et culture
Sciences et techniques
Nature, sports et art de vivre

 

Histoire

Le célèbre fabricant croate de cravatesLa cravate tire son origine du foulard porté autrefois par les cavaliers croatesLA CRAVATE, attribut vestimentaire incontournable de la mode masculine, tire son origine de la bande d’étoffe finement ouvragée portée autrefois par les cavaliers croates qui servirent dans le régiment du « Royal-Cravate » au temps de Louis XIII et Louis XIV. Adoptée par la Cour de Versailles pour son élégance autant que pour son originalité, elle conquit bientôt les Parisiens du Grand Siècle et eut tôt fait de s’imposer dans le monde occidental, d'abord outre-Manche, puis outre-Atlantique. Accessoire indispensable, la cravate, nous dit Balzac, "est encore une partie essentielle et obligée du vêtement qui, dans ses formes variées, apprend à connaître celui qui la porte".

Aujourd'hui, le Petit Robert propose d'ailleurs la définition suivante : Cravate, 1651, « bande de linge que les cavaliers croates portaient autour du cou »; forme francisée de Croate. En effet, c'est le mot Hrvat, forme croate de Croate, qui a donné krvat, puis cravate. On le retrouve également dans les autres langues : cravat/tie (ang.), krawatte (all.), corbata (esp.), cravatta (it.), gravata (port.), kravat (hong.), krawat (pol.), krawatt (suéd.) ou... kravata (croa.).

"Et comment pouvais-je lutter, moi, faible, grêle, mis simplement, pâle et hâve comme un artiste en convalescence d'un ouvrage, avec des jeunes gens bien frisés, jolis, pimpants, cravatés à désespérer toute la Croatie, riches, armés de tilburys et vêtus d'impertinence?"

La Peau de chagrin
, Honoré de Balzac.

"Une cravate bien nouée est le premier pas sérieux dans la vie"

Oscar Wilde

"Le noeud est à la cravate ce que le cerveau est à l'homme"

La Rochefoucauld

Patrie de la cravate, la Croatie se devait d'être logiquement aussi celle de la plus grande cravate du monde ! C'est chose faite depuis le 18 octobre 2003, lorsque, à l'initiative de la très sérieuse Academia Cravatica, une cravate de 808 mètres de long sur 25 mètres de large fut nouée, en moins de onze heures, autour des arènes romaines de Pula. Il aura fallu pas moins de 8 250 m² de tissu, 120 kilomètres de fil et 300 heures de travail pour confectionner cette cravate titanesque pesant 450 kg...

DU REGIMENT CROATE DU ROYAL-CRAVATE A LA BATAILLE DE FRANCE. Insigne régimentaire du 10e régiment de cuirassiers, coiffé du nom "Royal Cravates".Au-delà de son succès planétaire et de la place de choix qu'elle occupe dans la garde-robe masculine, la cravate symbolise aussi toute la richesse des relations historiques et militaires franco-croates, puisque son nom est étroitement lié aux cavaliers croates au sein des armées françaises. Ceux-ci se distinguèrent durant la guerre de Trente Ans (1618-1648), ce qui leur valut d'entrer en 1635 au service de Louis XIII. Après la bataille de Rocroi, ils sont intégrés en août 1643 au sein du nouveau régiment de cavalerie « Royal-Croate », qui deviendra le « Royal-Cravate ». Il sera de toutes les grandes campagnes sous Louis XIV, dont il portera la devise « Nec pluribus impar » (À nul autre pareil), ainsi que sous Louis XV, notamment durant la Guerre de Sept Ans. Rebaptisé à la Révolution 10e de cavalerie, il s'illustrera à la bataille de Valmy contre les Prussiens, ainsi qu'à Fleurus. Sous Napoléon, il devient le 10e Régiment de cuirassiers et prend part, entre autres, aux batailles d'Austerlitz, d'Iéna, d'Eylau, de Wagram et à la campagne de Russie, où il rejoint les autres régiments croates recrutés dans les Provinces Illyriennes, qui englobaient la majeure partie de la Croatie actuelle. Une plaque dans la Cour d'honneur de l'Hôtel national des Invalides à Paris rappelle les hauts faits d'armes de ces régiments croates. En 1815, le 10e Régiment de cuirassiers fut versé dans le 1er Régiment de cuirassiers nouveau. Celui-ci participa notamment à la bataille d'Ypres durant la Grande Guerre. Recréé en 1940, sous le nom de 10e régiment de cuirassiers, il fut intégré à la 4e division cuirassée (DCR) commandée par le colonel de Gaulle lors de la bataille de France.

Calligraphie glagolitique de l'Evangéliaire de ReimsL’ÉVANGÉLIAIRE DE REIMS. Les rois de France, notamment Charles IX, Henri III, Louis XIII et Louis XIV, prêtèrent serment lors de leur avènement sur le « Texte du Sacre » de l’Évangéliaire de Reims, datant de 1395, et dont une partie est rédigée en glagolitique, l’ancien alphabet croate du Moyen Âge. D'après les historiens, il semblerait que ce soit le cardinal de Lorraine, archevêque de Reims, qui aurait acheté l'Évangéliaire slave au XVIe siècle et l'aurait apporté à Reims.

LE SABOR, parlement croate, dont l'origine remonte au haut Moyen Âge, figure aux côtés du Althing islandais, formé vers 930, et de celui de Sicile, instauré vers 1130, parmi les plus anciens d'Europe. Son existence fut ininterrompue depuis le XIIe siècle (sauf entre 1918 et la Seconde guerre mondiale, dans le cadre de la première Yougoslavie).

Plaque commémorative à l'Hôtel des InvalidesLES RÉGIMENTS CROATES DE NAPOLÉON. Ces soldats croates se sont notamment rendus célèbres devant Moscou en 1812 et à la bataille de la Berezina le 1er janvier 1813, sauvant Napoléon qui leur adressa le message suivant « Hier j'ai pu m'assurer de mes propres yeux de votre courage et de votre fidélité. Vous avez acquis la gloire immortelle et l'estime, et je vous place parmi mes meilleures troupes ». Sous le péristyle de la Cour d'honneur de l'Hôtel des Invalides, une plaque commémorative rappelle l'engagement de soldats croates aux côtés de l'empereur.

LES EMPEREURS ROMAINS D'ILLYRIE. Plusieurs empereurs du Bas-Empire sont originaires d'Illyrie, une ancienne province romaine sur le territoire de laquelle s'établira le royaume croate au Moyen Âge : si le premier d'entre eux, un Dalmate dénommé Claude le Gothique, n'a guère laissé de traces dans les mémoires, il en va autrement de son fils Aurélien, né à Sirmium, qui régna de 270 à 275; suivirent Probus, lui aussi originaire de Sirmium (277-282), l'énergique Dioclétien, né à Salona en Dalmatie, qui créa la Tétrarchie en nommant trois compatriotes aux postes d'Auguste et de César, et enfin, Constantin le Grand, le premier empereur à se convertir au christianisme (306-337).

MARIN, LE TAILLEUR DE PIERRE. Marin naquit à Lopar, au nord de Rab. Chrétien, enrôlé de force dans l'armée romaine, il prit la fuite et trouva refuge dans les collines du Monte Titano en Italie. Il y vécut en ermite puis y fonda un monastère. Après sa mort vers 395, son couvent allait devenir le berceau de la petite république de Saint-Marin qui garde toujours des liens privilégiés avec l'île croate de Rab.

UN PAPE "CROATE". Le pape Jean IV le Dalmate (640-642), 72e souverain pontife, était originaire de Dalmatie. Il s'illustra en 640 en rejettant l'Ecthèse, cette tentative de l'empereur Héraclius de concilier l'orthodoxie et le monophysisme, selon laquelle il y a bien deux natures dans le Christ (la divine et l'humaine), mais une seule volonté (la divine).

MARCO POLO. Selon une tradition, le navigateur, qui participa en 1298 à une bataille navale livrée à proximité de Korcula par les Vénitiens contre les Génois, où il fut fait prisonnier, serait né dans la ville de Korcula en 1254. Sa maison natale présumée est située près de la cathédrale, à droite du campanile.

LA PLUS ANCIENNE PHARMACIE. C’est à Dubrovnik que fut inaugurée en 1317, dans le couvent des Franciscains, la plus ancienne pharmacie d’Europe. Un siècle plus tard, en 1434, c’est aussi le premier orphelinat qui verra le jour dans la cité-république croate.

L'ABOLITION DE L'ESCLAVAGE. La ville de Korcula (dès 1214) puis la République de Dubrovnik (le 27 janvier 1416), furent parmi les tout premiers en Europe à abolir l'esclavage ainsi que le commerce d'esclaves.

LE MINEUR CROATE DE LA NOUVELLE-FRANCE. A l'automne 1604, un petit groupe de Français créa, à Sainte-Croix, en Acadie, sur l'actuel débouché atlantique de la frontière américano-canadienne, la première colonie européenne en Amérique du Nord, devançant en cela de peu les Anglais. L'aventure tournera mal, comme l'on sait aujourd'hui. Un mineur croate, censé y chercher de l'or, fit alors partie de cette expédition pionnière. Il s'embarqua aux côtés de quelque 200 Français qui, à bord de deux navires, quittèrent Honfleur le 10 avril 1604 en direction du Nouveau Monde, sous la conduite de Pierre Dugua de Mons (1558-1628), cofondateur de la Nouvelle-France et de Québec.

UNE TRÈS ANCIENNE SYNAGOGUE. Sise rue Zudioska (rue des Juifs), au nord du Stradun, la synagogue de Dubrovnik est la plus ancienne d'Europe, encore en fonction, après celle de Prague. Elle occupe un bâtiment du XIVe siècle dont l'intérieur baroque date de 1652 (Torah, étoffes, orfèvreries...). La présence des Juifs à Dubrovnik est mentionnée pour la première fois en 1324, mais le plus grand nombre arriva à la fin du XVe siècle après leur expulsion de la péninsule Ibérique. Ils ont largement contribué à l'essor économique de la République de Raguse (Dubrovnik) et à l'épanouissement des sciences et des arts.

RICHARD COEUR DE LION. La cathédrale de Dubrovnik fut rebâtie entre 1672 et 1713 sur les ruines d'une église romane élevée, selon la légende, grâce aux dons de Richard Coeur de Lion qui, de retour de Terre sainte, fut victime d'un naufrage et trouva refuge à Dubrovnik.

LES PLUS LATINS DES SLAVES. La Croatie fut le dernier pays d'Europe à abandonner l'usage du latin qui resta la langue officielle au Sabor (le Parlement croate) jusqu'en... 1847! Il fut alors remplacé par le croate. Plus qu'un simple attachement à la latinité, certains voient là une manoeuvre habile de la noblesse croate pour résister plus efficement à l'assimilation culturelle dans le cadre de l'empire austro-hongrois des Habsbourg. En outre, les Croates furent les premiers des Slaves à se convertir au christianisme, dès le début du VIIe siècle. Enfin, leur appartenance à la sphère culturelle méditerranéenne, l'influence romaine et vénitienne ainsi que leur attachement traditionnel à l'Eglise de Rome leur valent, à plus d'un titre, le surnom des "plus latins des Slaves".

Le timbre croate commémorant le 50e anniversaire de la Révolte de Villefranche-de-RouergueLA RÉVOLTE DE VILLEFRANCHE-DE-ROUERGUE. Durant la seconde guerre mondiale, un détachement de quelque cinq cents Croates enrôlés de force par les nazis et stationnés dans le sud de la France occupée s'est mutiné contre l'occupant le 17 septembre 1943. Tous les officiers nazis sont tués dans l'insurrection et Villefranche-de-Rouergue devient « ville libérée » l'espace d'une journée, avant que la révolte ne soit étouffée dans le sang. Aujourd'hui, une « avenue des Croates » rappelle cet épisode tragique de l'histoire de la ville. La « révolte des Croates » a fait l'objet de plusieurs ouvrages publiés en France.

Nasser, Nehru et Tito, inspirateurs du mouvement des non-alignésL'ÎLE DES NON-ALIGNÉS. C'est à Veliki Brijun, île principale de l'archipel des Brijuni, que Nasser, Nehru et Tito signèrent le 19 juillet 1956 la célèbre Déclaration des non-alignés. La guerre froide faisait alors rage et le monde était coupé en deux, entre États-Unis et URSS. Par cette déclaration, les trois hommes refusaient de prendre parti et invitaient les pays du tiers-monde à les suivre, à ne pas "s'aligner" sur les grandes puissances. Aujourd'hui les Brijuni, où se mêlent six cents plantes endémiques, forment l'un des sept parcs nationaux croates.

 

Arts et culture

Portrait de Dora Maar par PicassoDORA MAAR. La photographe, peintre et célèbre muse de Picasso, Dora Maar, de son vrai nom Théodora Markovic (1907-1997), était la fille d'un père architecte croate de Zagreb et d'une mère tourangelle. Élevée un temps à Buenos Aires, elle rentra en France en 1926, où elle étudia dans l'atelier du peintre André Lhote. C'est là qu'elle fit la connaissance de tous les grands photographes de l'époque, dont elle devint le modèle. Après avoir illustré plusieurs ouvrages de ses photographies, réalisé quelques publicités, elle se lia d'amitié avec Georges Bataille et André Breton, qui influencèrent ses travaux d'inspiration surréaliste, qu'elle réalisa vers 1935. C'est à cette époque que Paul Eluard la présente à Picasso, dont elle devint la muse jusqu'en 1945, date de leur rupture. Très ébranlée par cette séparation, elle continua néanmoins de peindre, mais ne fit que de rarissimes expositions. La Femme qui pleure, qu'elle posa pour Picasso, se vendra 37 millions de francs, en automne 98, lors de la vente Dora Maar.

L'ÉCRITURE ÉTRUSQUE. Le Liber linteus Zagrabiensis, ou "linceul de la momie de Zagreb" qu'on date du IIIe-IIe siècle av. J.-C, est un précieux linceul de lin, conservé au Musée archéologique, sur lequel est consignée la plus longue inscription connue en écriture étrusque.

HÉROS GRECS EN ADRIATIQUE. Selon de nombreuses légendes, bien des aventures attribuées aux héros mythologiques grecs auraient pris place en Adriatique, sur l'actuel littoral croate. L'une d'entre elles lie la fondation de la ville de Pula, en Istrie, à la légende de la Toison d'Or. D'après ce récit, le peuple de Colchide poursuivit Jason et ses Argonautes afin de récupérer la Toison. Mais le décès du fils de leur roi, Éétès, leur fit abandonner leur poursuite. Croyant devoir être punis pour cela et pour n'avoir pas su récupérer la Toison d'or, il s'exilèrent à l'endroit même où le prince mourut. C'est ainsi que Pula y fut érigée il y a plus de 3000 ans. Curieusement, comme Rome, elle est située sur sept collines, et dispose d’arènes majestueuses construites sous Auguste et pouvant jadis accueillir jusqu'à 23 000 spectateurs. Une autre légende célèbre est celle d'Ulysse et de l'île de Mljet (connue sous le nom d'Ogygie dans l'Antiquité), au large de Dubrovnik. On raconte en effet qu'après le naufrage de son bateau sur le chemin de retour de l'Odyssée les vents de Poséidon poussèrent Ulysse à trouver refuge sur Mljet. C'est ainsi que le navigateur grec y fut retenu sept ans durant par la nymphe Calypso, qui chercha à lui faire oublier Ithaque. On peut d'ailleurs y visiter la grotte où le plus célèbre des marins aurait été envoûté par la nymphe Calypso, qui lui aurait fait chavirer le coeur. Et il suffit de découvrir le cadre enchanteur de la grotte et des criques paradisiaques voisines pour y croire aussitôt...

LA PIERRE BLANCHE DE BRAC, DE VRNIK ET D'ISTRIE. Depuis l'Antiquité, des millions de tonnes de cette pierre blanche réputée ont été extraites du sol crayeux des carrières de Pucisca sur l'île de Brac et furent utilisées pour construire des bâtiments sur l'île, en Croatie (palais de Dioclétien) et à l'étranger (Parlement viennois, parlement de Budapest, Maison blanche à Washington, monument commémoratif du Canada à Vimy). Plus blonde, mais tout aussi résistante, la pierre de Vrnik (un îlot au large de Korcula) fut aussi exportée en Europe, en Amérique et on la retrouve jusque dans les murs de la cathédrale Sainte-Sophie d'Istanbul.
Hormis celle de Brac et de Vrnik, la pierre calcaire d'Istrie est également reconnue pour sa blancheur et son exceptionnelle résistance au salpêtre. Sa qualité lui valu ainsi d'être très employée à Venise où elle fut largement mise à profit dans la construction de nombreux ouvrages, digues, pavements, fondations ou ponts, et notamment le célèbre Pont des Soupirs. Enfin, la qualité de la pierre calcaire de Croatie lui a valu d'être employée pour le pavage de la place Stanislas à Nancy lors de sa récente restauration.

MONUMENT À LA FRANCE. Le célèbre monument de la Reconnaissance à la France, situé dans le parc-forteresse du Kalemegdan, à Belgrade, est l’oeuvre d’Ivan Mestrovic (1883-1962), sculpteur croate renommé pour son art monumental. Datant de 1930, le monument, sans doute unique du genre, représente une statue de femme dans toute sa puissance, dressée sur un haut socle orné de bas-reliefs qui illustrent la fraternité d’armes avec la France pendant la première guerre mondiale, comme en témoigne l'inscription qui y figure : "Aimons la France comme elle nous a aimés". Mestrovic a étudié à Vienne et Paris, où il a eu l’occasion de s’inspirer des oeuvres de Bourdelle, Maillol et surtout de Rodin, dont il fut l'ami et le disciple, et qui le qualifia de "plus grand phénomène parmi les sculpteurs contemporains".

Statue de Saint Jérôme réalisée par Ivan Mestrovic.
Statue de saint Jérôme réalisée par le grand sculpteur croate, Ivan Mestrovic, trônant devant l'ambassade de Croatie à Washington.

SAINT JÉRÔME. Aux côtés de saint Ambroise, de saint Augustin et de Grégroire le Grand, l’un des quatre Pères de l’Eglise, saint Jérôme (v. 347-419), est né en Dalmatie, à Stridon, aux confins de la Pannonie romaine. On lui doit notamment la fameuse Vulgate, cette première Bible latine dont Jérôme établit l’Ancien Testament d’après l’hébreu, et qui à partir du VIIe siècle s’imposera à tout l’Occident. Surnommé saint patron des traducteurs (outre le latin et l'hébreu, il maîtrisait le grec) et parfois celui des humanistes, il est aussi le saint patron de la Dalmatie. Son œuvre occupe une position clé dans la transmission de la culture que le Moyen Âge héritera de l’Antiquité, si bien que sa figure inspirera les plus grands artistes : Botticelli, Dürer, Ghirlandaio, Giotto, El Greco, Georges de la Tour, de Vinci, Rubens, Raphael, parmi tant d'autres.

Sveti Duje, la plus ancienne cathédrale du monde, à SplitLA PLUS ANCIENNE... La cathédrale Saint-Domnius (Sveti Dujam) de Split, sur la côte dalmate, est quant à son architecture la plus ancienne cathédrale du monde. En effet, sa nef et son abside ne sont autre que l'ancien mausolée de Dioclétien érigé vers la fin du IIIe siècle. C'est en 650 qu'il fut reconverti en cathédrale par l'archevêque Jean de Ravenne qui y installa les reliques des saints martyrs Domnius (Dujam) et Anastase (Stas). Seul le campanile, aujourd'hui symbole de Split, fut élevé entre le XIIIe et le XIVe siècle. L'ironie de l’histoire veut que l’empereur Dioclétien resta dans les mémoires comme l'un des plus féroces persécuteurs des chrétiens...

... ET LA PLUS PETITE CATHÉDRALE DU MONDE. Edifiée au IXe siècle à Nin, la plus ancienne ville royale croate, située à 18 km au nord de Zadar, l'église paléochrétienne Sainte-Croix est aujourd'hui considérée comme "la plus petite cathédrale du monde". Malgré sa très modeste taille, elle fut jadis église cathédrale de l'évéché de Nin, jusqu'à son abolition en 928. Des études archéologiques récentes ont permis de découvrir que ses proportions et l'emplacement de ses fenêtres en font également à la fois un calendrier solaire sophistiqué et un observatoire astronomique rudimentaire. Le plus célèbre des évêques à y avoir siégé fut sans doute Grégoire de Nin (v. 900-929), fervent partisan de l'autonomie nationale et religieuse.

Détail du premier Missel croate en glagolitique imprimé en 1483L'ALPHABET GLAGOLITIQUE a été inventé au IXe siècle, probablement par saint Cyrille et son frère saint Méthode. Jamais utilisée dans les autres pays slaves, ou bien cessant de l'être dès le XIIe siècle, cette écriture demeura prédominante dans les contrées croates jusqu'à la fin du XVe siècle et son usage perdura dans certaines communautés religieuses de Dalmatie et d'Istrie jusqu'au XIXe siècle. Elle y écrite avec une graphie dite anguleuse, propre au glagolitique croate. Les plus vieux textes glagolitiques croates conservés datent du XIe siècle. Dès leur christianisation, les Croates utilisèrent le slavon et l'écriture glagolitique dans leur liturgie. Seuls catholiques européens autorisés par Rome à ne pas se servir du latin ni de l'alphabet romain, les Croates imprimèrent le premier missel en caractères glagolitiques en 1483 à Senj. Moins de trente ans après la Bible de Gutenberg, ce fut aussi le premier livre imprimé en Europe en caractères non latins, les premiers incunables en caractères grecs ou cyrilliques lui étant largement postérieurs. Depuis quelques années, on assiste à un nouvel engouement du public croate pour le glagolitique.

LA CROATIE AU « PARADIS » DE DANTE.
« Tel est celui qui vient de Croatie
peut-être, afin de voir notre Véronique,
et qui par faim ancienne ne s'en rassasie pas,
mais dit dans sa pensée, tant qu'on la montre :
"Mon Seigneur Jésus-Christ, Dieu vrai,
Votre visage était donc ainsi?"
 »
DANTE, La Divine Comédie, Le Paradis, 1321,
trad. Jacqueline Risset, GF-Flammarion, 1992.

La cathédrale Saint-Jacques à SibenikLA VOÛTE RÉVOLUTIONNAIRE DE LA CATHÉDRALE DE SIBENIK. Oeuvre de l'architecte croate Juraj Dalmatinac (v. 1420-1473), inscrite en 2000 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, la cathédrale St-Jacques à Sibenik, fut en son temps le seul bâtiment d'Europe dont la voûte en pierre fut construite sans mortier ni charpente en bois. Novateur, Dalmatinac imagine une nouvelle méthode d'assemblage, sans joint, à l'aide de dalles de pierre taillées sur mesure et insérées dans des arcs doubleaux grâce à des languettes et des rainures. A sa mort, Nikola Firentinac, fidèle à son projet, termine la partie supérieure. Fait remarquable, la cathédrale St-Jacques compte aussi parmi les tout premiers édifices de la première Renaissance, bâtis hors d'Italie.

Le miniaturiste de la Renaissance, Julije KlovicLE MAÎTRE DE LA MINIATURE. Julije Klovic ou Giulio Clovio (1498-1578), peintre miniaturiste originaire de Grizane, fut l'élève de Giulio Romano à Mantoue. Il peignit pour le pape à Rome et pour Côme Ier de Médicis à Florence, il devint l'ami de Michel-Ange, Vasari, Bruegel le Vieux et du Greco.

LES « CROATES » DU LOUVRE. Dans l'aile Denon du musée du Louvre, consacrée à la sculpture italienne du Quattrocento, se trouvent, dans la première salle au rez-de-chaussée, au pied de l'escalier, quatre sculptures et bas-reliefs de deux sculpteurs qui, malgré l'italianisation posthume de leur nom, ne sont pas si "italiens" que cela : Franciscus de Laurana et Giovanni Dalmata de Traù. Il s'agit en réalité de deux sculpteurs croates : Franjo de Vrana (près de Zadar) et Ivan Duknovic de Trogir (près de Split). Sur les quatre sculptures, trois sont de Franjo de Vrana (deux bustes et le blason sculpté des Anjou) et un bas-relief de la tombe du pape Pie II, par Ivan Duknovic.
Franjo de Vrana [Vrana 1430-Avignon 1502] fut l'un des plus grands sculpteurs du XVe siècle. Il travailla d'abord en Croatie, puis en Italie, avant de devenir sculpteur à la Cour du roi René d'Anjou en Provence. Parmi ses oeuvres en France on compte notamment l'Autel Saint-Lazare dans la cathédrale de la Major à Marseille, le Retable de la montée au Calvaire à Saint-Didier d'Avignon, ou encore le Tombeau de Charles du Maine au Mans. On lui doit également les sculptures de l'Arc triomphal du Castelnuovo de Naples réalisées pour le roi Alphonse d'Aragon.
Quant à Ivan Duknovic de Trogir, célèbre sculpteur de la haute Renaissance, il est notamment l'auteur de la sculpture de la Vierge à l'Enfant qui surplombe désormais le tombeau du pape Jean Paul II, dans la crypte de la Basilique Saint-Pierre de Rome.

Ivana Brlic-Mazuranic, première académicienne croateL' « ANDERSEN » CROATE. Auteur de contes et d'histoires pour enfants, Ivana Brlic-Mazuranic (1874-1938) fut en 1937 la première femme à entrer à l'Académie yougoslave des sciences et des arts. Le dessin animé Lapitch, le petit cordonnier est une adaptation de son conte Segrt Hlapic.

LA GUZLA. Seul mot croate entré dans la langue française retenu par le Petit Robert : Guzla [gyzla] n. f. - 1791; mot croate. Instrument de musique monocorde, espèce de violon, en usage chez les peuples dalmates. « La Guzla », récit de Mérimée. Un second terme, ban, figure quant à lui uniquement dans l'édition du Grand Robert et désignait le plus haut titre de noblesse en Croatie, après le roi. Voir également cravate.

Peinture naïve croate typiqueL'ÉCOLE DE HLEBINE. Cette école de peintres naïfs a été fondée dans le nord-est de la Croatie, à Hlebine, par Ivan Generalic, Franjo Mraz et Mirko Virius, peintres paysans qui, contrairement aux naïfs d'Europe occidentale, œuvrèrent côte à côte et non en solitaires. S'attachant à évoquer de façon idyllique les paysages et les activités de leur région, ils utilisèrent la couleur sans souci de réalisme, ainsi que des motifs décoratifs originaux. On compte parmi ses représentants les plus célèbres, Dragan Gazi, Ivan Generalic, Mijo Kovacic, Ivan Lackovic et Ivan Vecenaj, qui se firent connaître surtout après 1945. Plusieurs de leurs oeuvres sont exposées en France, notamment au Musée international d'Art naïf Anatole Jakovsky à Nice, au Palais de l'art naïf de Bages (Pyrénées orientales), au Musée International d'Art Naïf de Vicq ou encore au Musée du Vieux Château de Laval.

Adriana Ivancic et Ernest HemingwayLA MUSE D'ERNEST HEMINGWAY. C'est Adriana Ivancic, une jeune Croate qu'il rencontre à Venise en 1948 et dont il tombe éperdument amoureux qui inspira à Hemingway le personnage de Contessa Renata, dans Au-delà du fleuve et sous les arbres paru en 1950. L'auteur y dépeint la romance amoureuse atypique du colonel Cantwell, un officier américain d'âge mûr qui se sait condamné par son coeur malade, et d'une belle aristocrate vénitienne de dix-neuf ans...

LES LOINTAINES ORIGINES DALMATES D'ÉMILE ZOLA. Par son père Francesco, l'écrivain français Emile Zola (1840-1902) était originaire de la ville croate de Zadar, en Dalmatie, sous domination vénitienne jusqu'en 1797. Descendant d'une lignée d'officiers, l'arrière grand-père d'Emile Zola, Antonio Zola (Colic ["Tsolitch"], puis Zolic), était capitaine des Fanti, soldats italiens au service de la Sérénissime. Son grand-père, Carlo Zola, lieutenant au corps des Ingénieurs, puis capitaine du génie, épousa une jeune fille grecque de Corfou, nommée Nicoletta Bondioli. Leur fils, Francesco, père d'Emile, naquit à Venise, le 8 août 1795.

La Paix (Parvis de l'ONU), August AugustincicLE MONUMENT À LA PAIX, qui trône devant l’entrée du siège de l’Organisation des Nations unies, à New York, est l’œuvre du grand sculpteur et résistant croate Antun Augustincic (1900-1979), sculpteur naturaliste qui travailla avant tout sur la fugure humaine. Cofondateur en 1929 de Zemlja, groupe qui militait pour un art social, il créa à Gornja Stubica (Croatie) un immense monument à la jacquerie de 1573 menée par Marija Gubec.

Statue de Saint Jérôme réalisée par Ivan Mestrovic.

"J'attribue mon caractère entier et bourru à la part croate que j'ai en moi".
Josiane Balasko
(L'Express, 4/01/96)

Hermann le Dalmate (a droite) et Euclide
Lors de ses vacances en Croatie à l'été 2005, où l'a suivie le photographe du magazine Elle (n°3105), l'actrice française Emmanuelle Béart a confié qu'elle avait des origines croates par sa grand-mère.

CÉLÉBRITÉS DU SHOW-BUSINESS. Le monde du show-business compte quelques figures d'origine croate. En France, les plus célèbres sont certainement les actrices Josiane Balasko, née Balaskovic, et Emmanuelle Béart, qui a confié avoir des origines croates par sa grand-mère, ainsi que Patricia Spehar, étudiante parisienne d'origine croate élue Miss France 1997.

A l'étranger, on compte quelques stars hollywoodiennes d'origine croate, tel l'Américain John Malkovich (Les liaisons dangereuses, Dans la peau de John Malkovich, Libertin) ou l'acteur australien Eric Bana (Banadinovic de son vrai nom - La Chute du Faucon noir, Hulk, Troie, Munich), tous deux originaires de Zagreb, sans oublier Goran Visnjic, originaire de Sibenik (Welcome to Sarajevo, Le Pacificateur, Les Ensorceleuses, Hypnotic, Duga mracna noc). Acteur vedette de la série télévisée Urgences, ce dernier y incarne le séduisant Dr Luka Kovac.
Du côté des producteurs, Branko Lustig, né en 1932 à Osijek, est certainement l'un des plus prestigieux avec un palmarès impressionnant (Dogadjaj, La Liste de Schindler, Le Pacificateur, Gladiator, Hannibal, La Chute du Faucon noir, Kingdom of Heaven).

Le monde de la musique compte également quelques artistes d'origine croate mondialement connus. C'est notamment le cas du pianiste Ivo Pogorelich (1958), de la célèbre chanteuse de jazz américaine Helen Merrill, de son vrai nom Jelena Milcetic, ou encore de Chris Novoselic, qui s'est fait connaître comme bassiste du groupe Nirvana. Dans le milieu de la mode, les mannequins les plus célèbres sont Miranda Vadek, découverte par le grand public depuis sa liaison avec Bruce Willis, Korina Longin et Ljupka Gojic (Mango, Naf Naf). Une place à part revient à Nina Moric, ancienne Miss Croatie et Mannequin de l'année au concours Elite en 1998, héroïne du clip endialblé "Livin' La Vida Loca" de Ricky Martin, devenue une véritable star du petit écran en Italie où elle compte des millions de fans.

Sciences et techniques

Hermann le Dalmate (a droite) et Euclide
Le mathématicien grec Euclide, regardant à travers une lunette astronomique, en compagnie de Hermann le Dalmate, un astrolabe dans la main droite. Dessin de Matthieu Paris publié dans sa Chronique majeure (XIIIe s.).

LE PLANISPHÈRE, LE CORAN, LES ÉLÉMENTS ET ARISTOTE. C’est à Hermann le Dalmate (v.1110-ap.1154), philosophe et traducteur croate du XIIe siècle, que l’on doit la traduction latine, publiée à Toulouse en 1143, du Planisphère, célèbre traité de projection cartographique du Grec Ptolémée. Son séjour à Bagdad et sa remarquable connaissance de l'arabe lui permirent aussi de traduire en latin non seulement les Eléments d'Euclide, (parallèlement à Adélard de Bath), mais également les Tables de Al-Khwarizmi, le père de l'algorithmique. Dans sa traduction de la Grande introduction à la science astronomique d'Abu Ma'shar (787-886), son interprétation de la dénomination de la constellation de la Vierge, reprise dans le Roman de la Rose, contribua à l'instauration de la fête chrétienne de l'Assomption. En Espagne, il rencontre en 1142 Pierre le Vénérable, abbé de Cluny, qui l'encourage à traduire avec Robert de Ketton le Coran, pour la première fois dans la chrétienté. La traduction sera l'élément central du corpus chrétien de textes arabes, dit Corpus de Tolède. Il traduit également De l'ascendance et de la jeunesse de Mahomet et De la doctrine de Mahomet. Bien que platonicien et disciple de Thierry de Chartres, il figure parmi les premiers à réintroduire les idées aristotéliciennes en Occident, notamment à travers ses nombreux écrits scientifiques et en particulier dans son oeuvre principale intitulée De essentiis (Des essences), achevée à Béziers en 1143.

L'homo volans de Faust Vrancic, première représentation d'un parachutiste (1615)LE PARACHUTE. Si dès 1495 Léonard de Vinci décrivit et dessina un parachute, c'est à Faust Vrancic (1551-1667), originaire du port croate de Sibenik et connu en Italie sous le nom de Veranzio, que l'on doit l'étude de la résistance de l'air sur la voilure, Machinae novae, où figure la première représentation d'un parachutiste, dénommé homo volans (1615). En 1783, Louis Sébastien Lenormand proposa le mot parachute, et le 27 octobre 1797, André-Jacques Garnerin effectua la première descente réelle (environ 1000 m), à partir d'un ballon.

Portrait de Rudjer BoskovicPRÉCURSEUR DE L'ATOMISME. Physicien, astronome, mathématicien, architecte, philosophe et diplomate, Rudjer Boskovic (1711-1787), savant jésuite natif de Dubrovnik, inventa la lunette achromatique et fut le précurseur de l'atomisme moderne, notamment par sa théorie des puncta, particules matérielles élémentaires régies par des champs de forces alternativement attractifs et répulsifs. Celui auquel Nietzsche a cru bon de rendre justice en le postant avec Copernic parmi les "victorieux adversaires de l’apparence" et à propos de qui Heisenberg, le père de la bombe, affirma que "sa théorie énonce des hypothèses qui ont trouvé leur confirmation au cours des cinquante dernières années", fut également directeur de l'Optique royale de la Marine sous Louis XV, consolida la coupole de la basilique St-Pierre de Rome et la flèche centrale du Duomo de Milan. Il contribua également à la découverte d'Uranus. Découvreur de plusieurs formules de trigonométrie sphérique, il est aussi l'auteur d'une définition originale quoique particulièrement concise de la droite et du plan euclidiens : "cercle, respectivement sphère, dont le centre se situe à l'infini". A Paris, à deux pas de l'Académie des Sciences, dont il fut membre, une plaque rappelle le séjour parisien de ce savant, croate d'origine et français d'adoption, qui a également laissé son nom à un cratère de la Lune.

LA PREMIÈRE GRAMMAIRE DU SANSKRIT. Pionnier de l'indologie européenne, le missionnaire croate de l'ordre du Carmel (carmes déchaux) Paulus de saint Bartholomé, Filip Vezdin (1748-1806) de son vrai nom, est l'auteur de la première grammaire du sanskrit à être imprimée en Europe. Parue sous le titre de Sidharubam seu gramatica samscrdamica, elle fut publiée à Rome en 1790, puis rééditée et augmentée en 1804. Fils de Jurje (Georgius) Vezdin et Helena Bregunic, Filip Vezdin est natif du village croate de Cimov (Hof) dans le Burgendland, région de basse-Autriche qui compte encore de nos jours une très importante minorité croate.

LA TORPILLE ET L'HÉLICE MARINE. C'est à Rijeka, premier port croate, doté dès le XIXe siècle d'industries puissantes et de chantiers navals, qu'Ivan Lupis (1813-1875) mis au point en 1866 la première torpille. Arme redoutable, elle fut rapidement employée par toutes les marines de guerre du monde et bouleversa rapidement la stratégie militaire navale.
Quant à l'hélice marine, sans laquelle nous en serions encore à la marine à voile, elle vit le jour non loin de là, à Motovun, petite cité d'Istrie, en 1827. L'hélice marine est en effet née de l'imagination féconde de Joseph Ressel (1793-1857) dont le premier prototype a été construit en bois. Les premières hélices furent testées sur un bateau dans le port voisin de Trieste. La première traversée transatlantique d'un navire à hélice a été accomplie en 1839 en moins de 40 jours. Il était équipé de l'hélice de Ressel, améliorée par le Suédois John Ericsson. L'histoire veut que Joseph Ressel, qui était d'origine germano-tchèque, mais s'était installé en Croatie où il exerçait la profession d'ingénieur des eaux et forêts, se soit inspiré simplement de la spirale d'un tire-bouchon...

LE MOHO, ou ligne de discontinuité qui marque un changement dans les propriétés des roches à 35 km sous les continents et à 5 km sous les océans, et dont la détermination permet la localisation précise des épicentres sismiques, doit son nom à son découvreur, le géophysicien croate Andrija Mohorovicic (1857-1936).

LE STYLO MÉCANIQUE. A l’instar de Waterman, l’ingénieur zagrébois Slavoljub Penkala breveta en 1907 le stylo mécanique à réservoir intégré, ancêtre du fameux Rotring, bien connu des dessinateurs industriels. Le succès fut tel en quelques années qu’il s’exporta dans le monde entier, de Paris à Tokyo, de Vienne à Los Angeles.

LE BALLON DIRIGEABLE. L'inventeur zagrébois, David Schwartz (1852-1897), a construit le premier ballon dirigeable à armature métallique dont les prototypes volèrent à Saint Petersbourg (1894) et à Berlin (1897). A sa mort, ses plans furent rachetés à sa veuve par le célèbre constructeur allemand, le comte von Zeppelin, qui fit voler en 1900 son premier "Zeppelin".

LA TECHNIQUE DES « EMPREINTES DIGITALES », ou méthode dactyloscopique, est l’invention du criminologue croate Ivan Vucetic (1858-1925), d’où également le terme de méthode « vuceticienne », toujours employé dans la police.

DEUX PRIX NOBEL DE CHIMIE. Deux savants croates naturalisés suisses se sont vus décerner le prix Nobel de chimie pour leur recherches. Lavoslav Ruzicka (1887-1976) l'a reçu en 1939 pour ses travaux portant sur les stéroïdes et sa synthèse partielle des hormones mâles, testostérone et androstérone. Son disciple, Vladimir Prelog (1906-), qui a par ailleurs largement contribué à la compréhension des réactions enzymatiques, l'a reçu en 1976 pour ses travaux sur les liaisons organiques et la stéréochimie. On lui entre autres doit la "règle de Prelog", utilisée pour établir la configuration d'alcools dits chiraux.

Le physicien croate Nikola Tesla TESLA, PÈRE DU RADAR, DE L'ÉNÉRGIE HYDROÉLECRIQUE ET DU MOTEUR À INDUCTION. Nikola Tesla (1856-1943), physicien croate naturalisé américain, compta parmi les plus grands génies de son époque et consacra sa vie à dompter la "Fée électricité". Auteur de nombreuses inventions et découvertes capitales, il découvre notamment le principe du radar dès 1900, inventa la lampe à pastille de carbone (ancêtre du tube néon, dont le principe servira au développement du microscope électronique et du cyclotron), et surtout met au point le fameux moteur à induction (ou moteur électrique à courant alternatif), qui fait toujours tourner la plupart de nos appareils électriques domestiques ou industriels. On lui doit également le moteur asynchrone, les courants polyphasés ou la bobine dite "de Tesla", utilisée encore de nos jours dans tous les téléviseurs, ordinateurs ou appareils haute-fidélité. Rival d'Edison partisan du courant continu, il développe la technologie du courant alternatif dont il démontre la supériorité énergétique et économique. Dès la fin du XIXe siècle on utilisera bientôt exclusivement le courant alternatif de Tesla : toute l’électricité utilisée dans le monde à cette époque sera produite, transmise, distribuée et transformée au moyen de système polyphasé de Tesla.
Père de l’hydroélectricité et constructeur du premier barrage hydroélectrique, il inventa la génératrice de courant qu’il exploitera pour produire du courant électrique à partir de l’énergie hydraulique fournie par les chutes du Niagara. Et c'est en connaissance de cause que B.A.  Behrend, président du American Institute of Electrical Engineers, déclara à son sujet : "Si nous devions saisir et éliminer de notre monde industriel les résultats des travaux de monsieur Tesla, les roues de l’industrie s’arrêteraient, les trains seraient immobilisés, nos villes seraient jetées dans la pénombre et nos usines seraient mortes [...] Son nom marque une époque dans l’avancement de la science électrique. De ce travail jaillit une révolution."
Véritable inventeur de la radio, il gagnera en 1943 son procès intenté à Marconi pour contrefaçons de brevets : trop tard, le nom de Marconi restera attaché à la radio. Pionnier de la radiodiffusion mondiale, Tesla entrevoit dès 1898 la possibilité, grâce à son système radio, de transmettre non seulement la voix humaine, mais aussi des images à toute la planète. Parmi ses plus grandes découvertes, on peut citer les ondes terrestres stationnaires ou "onde Tesla" (1899) qui lui permettent, lors d'une expérience célèbre, d'éclairer 200 lampes à 40 kilomètres... sans fil! La transmission d'énergie sans fil est née... Il détient toujours un record - celui de l'étincelle artificielle ayant eu la plus longue durée de vie.

Le 6 novembre 1915, la une du New York Times annonce que les prochains lauréats du prix Nobel de physique sont Edison et Tesla, sur la foi d'une dépêche de l'agence Reuters de Londres. Le 14 novembre, le bureau de Stockholm de l'agence dément l'information : le prix est attribué à W.H. et W.L. Bragg. L'affaire ne sera jamais élucidée. Tesla obtient néanmoins en 1934 la médaille John Scott, une récompense aussi prestigieuse que le prix Nobel et attribuée aux scientifiques depuis 1816.

Il laissera son nom à l'unité d’induction du flux magnétique, le Tesla (symbole : T). Figure emblématique de l'intégration exemplaire des Serbes de Croatie, Tesla se déclarait "Serbe d'origine, Croate de coeur" ["Srpski rod, Hrvatska domovina"], selon son mot désormais célèbre. Né à Smiljan (Croatie) le 9 juillet 1856, il s'éteint à New York, le 7 janvier 1943.
En savoir plus :
Nikola Tesla, rencontre avec un génie méconnu
Tesla, la passion d'inventer (éd. Belin),
Tesla, un homme hors du temps
Nikola Tesla, un moteur de notre société
Nikola Tesla (1857-1943) [PDF].

La centrale électrique "Krka", première à courant électrique en EuropePREMIÈRE VILLE D'EUROPE ÉCLAIRÉE AU COURANT ALTERNATIF. Ville de la côte dalmate située sur l'estuaire de la rivière Krka, Sibenik fut la première ville d'Europe et la troisème du monde dont l'éclairage public fut alimenté par du courant alternatif, produit par la centrale hydroélectrique « Krka », mise en fonction le 28 août 1895 à 20h. Bien que la centrale hydroélectrique d'Adams sur les chutes du Niagara, la première grande centrale du genre au monde, ait été mise en route deux jours plus tôt par Nikola Tesla, la ville nord-américaine voisine de Buffalo n'en fut alimentée qu'un an plus tard, à partir du 16 novembre 1896, une fois achevée la construction des lignes de transmission à haute tension. Auparavant, Tesla avait bâti en 1891 une centrale hydroélectrique plus modeste à Telluride dans le Colorado. Ces centrales électriques à génératrice de courant alternatif furent construites durant ce qui a été baptisé de « guerre des courants ». Celle-ci opposa à la fin du XIXe siècle Thomas Edison, partisan de l'utilisation du courant continu, et George Westinghouse et Nikola Tesla, promoteurs de l'utilisation du courant alternatif, qui finalement finira par s'imposer du fait de ses nombreux avantages et qui alimente encore aujourd'hui les foyers du monde entier. En effet, avec le courant continu les chutes de tension causées par la résistance des câbles étaient si grandes que les centrales électriques devaient se trouver à un ou deux kilomètres des points d'utilisation et des lignes électriques séparées devaient être installées pour alimenter des appareils de tensions différentes, ce qui le rendait malcommode. Le courant alternatif, quant à lui, pouvait être transporté sur de grandes distances avec peu de pertes et bien plus efficacement. Lorsque Tesla présenta son système de génératrices, de transformateurs et de câbles utilisant le courant alternatif, fin 1887, il devint clair que le courant alternatif représentait l'avenir du transport de l'électricité. Les vestiges de l'ancienne centrale hydroélectrique « Krka », construite par l'ingénieur croate Ante Supuk (1838-1904) et ancien maire de Sibenik, sont aujourd'hui exposés près des chutes de Skradinski buk, dans le Parc national de la Krka.

LE PREMIER À FRANCHIR LES 1000 KM/H AU SOL. Le pilote de course américain d'origine croate Gary Gabelich (1940-1984) fut le premier à franchir la vitesse des 1000 km/h sur roues aux commandes de son bolide à réaction "Blue Flame" le 28 octobre 1970, en atteignant une vitesse moyenne de 622,287 miles/h (1001,452863 km/h) sur le lac salé de Bonneville Salt Flats à Wendover (Utah). Son record est resté inégalé jusqu'en 1984.

PATHOCÉNOSE ET SIDA. Concept fondamental établi par Mirko Grmek, historien des sciences d'origine croate, la pathocénose est une notion selon laquelle la présence et l'importance d'une maladie dans une population donnée et à une époque donnée ont un rapport intime avec celles des autres maladies. Il la développe notamment dans son Histoire du Sida où il expose les conséquences inattendues de la découverte de la pénicilline et la disparition progressive des maladies bactériennes que cela a engendré, sur le développement de pandémies virales, jusque-là latentes.

MUTAGENÈSE, RÉPARATION DE L'ADN ET SPÉCIATION. Les mécanismes de conservation de l'information génétique, de même que les mécanismes des mutations génétiques responsables des maladies héréditaires, du cancer, ainsi que ceux régissant l'évolution de la vie sur Terre ont été découverts par le généticien croate Miroslav Radman (né à Split en 1944), élu membre régulier de l'Académie des Sciences de Paris en 2002, Grand Prix de l'Inserm 2003. On lui doit aussi bien la découverte du système cellulaire de correction des erreurs de réplication génétiques (SRM), que celle du système SOS de production des mutations, deux concepts qui figurent aujourd'hui dans tous les manuels de biologie moderne. La plus spectaculaire de ses contributions fut cependant la découverte du mécanisme moléculaire d'apparition de nouvelles espèces (spéciation).

LECTEUR MP3. L'AMP MP3 Playback Engine, premier lecteur MP3, a été inventé et mis au point en 1997 par l'analyste programmeur croate Tomislav Uzelac, diplômé de la Faculté informatique et électrotechnique (FER) de l'Université de Zagreb. Par la suite, deux étudiants américains, Justin Frankel et Dmitry Boldyrev, l'ayant adapté au système exploitation Windows, l'ont rebaptisé WinAMP. Mis en exploitation en 1998, il a permis une large diffusion du format MP3.

 

Nature, sports et art de vivre

L'attaquant croate Davor SukerLE SPORT. Avec le tennis, basket-ball, le football est le sport le plus populaire en Croatie. En 1998 en France, l'équipe nationale de football, emmenée par le meilleur buteur de la compétition, Davor Suker, s'est distinguée lors de sa première participation à la coupe du monde en se classant troisième, derrière les Bleus d'Aimé Jacquet et le Brésil.

L'équipe de basket-ball, qui comptait dans ses rangs des stars de la NBA (Toni Kukoc, Drazen Petrovic ou Dino Radja), a quant à elle remporté la médaille d'argent aux JO de Barcelone en 1992, juste derrière la Dream Team américaine. Quatre ans plus tard, à Atlanta, la Croatie a remporté l'or en handball et en water-polo.

Parmi les joueurs de tennis, les plus célèbres sont Goran Ivanisevic, vainqueur de Wimbledon en 2001, et Iva Majoli, qui s'est imposée en 1997 en finale du Simple dames à Roland Garros.

En 2005, la Croatie (Ljubicic, Ancic, Karlovic et Ivanisevic) a même gagné la Coupe Davis entrant ainsi dans le cercle très fermé des nations à avoir remporté le très convoité "saladier d'argent".

Enfin, en ski, Janica Kostelic a été sacrée championne du monde de ski alpin en 2001. Mais c'est à JO de Salt Lake City qu'elle a fait la surprise en décrochant quatre médailles (trois d'or et une d'argent), exploit qui lui valut d'être surnommée la "reine des Jeux".

En 2002, le gardien croate de l'OM, Vedran Runje, a été sacré "Olympien de l'année" par les supporters du club phocéen. Pour sa part, l'attaquant monégasque, Dado Prso, s'est illustré par un remarquable palmarès de buteur. Enfin, huit ans après l'argent au Mondial de Reykjavik, et sept ans après l'or olympique à Atlanta, la Croatie a remporté son premier titre de champion du monde de handball en décrochant l'or au Mondial 2003 à Lisbonne.

Dernièrement, les nageurs croates engrangent de plus en plus de médailles, notamment Gordan Kozulj, recordman européen et médaille d'argent en 200 m dos au championnat du monde de Barcelone (2003) ou Sanja Jovanovic, médaillée de bronze en 200 m dos au championnats d'Europe à Madrid (2004).

Depuis 1948, les sportifs croates ont remporté en tout 206 médailles olympiques, dont 55 depuis l'indépendance de la Croatie, en 1992. 55, c'est aussi le nombre de médailles, dont 16 en or, remportées par les athlètes originaires de la seule ville de Split, sur la côte dalmate, qui avec ses 200 000 habitants s'impose comme la championne croate toutes catégories.

DEUX FOIS SUR LE TOIT DU MONDE. Né à Split en 1951, Stipe Bozic est l'alpiniste croate le plus renommé. en 1979, il réussit l'ascension de l'Everest en empruntant pour la première fois l'arête de la voie ouest. Il est également le deuxième Européen - après l'Italien Reinhold Messner - à avoir atteint deux fois le Toit du monde. Il prévoit de s'y rendre une troisième fois en 2006 afin de promouvoir la paix dans le monde dans le cadre du Everest Peace Project. Stipe Bozic a exploré le Pôle Nord et s'est lancé dans l'ascension des Sept Sommets (le pic le plus élevé de chacun des six continents) : l'Everest (Asie), l'Aconcagua (Amérique du Sud), le McKinley (Amérique du Nord), le Kilimandjaro (Afrique), le Mont-Blanc et l'Elbrus (Europe) et le Kosciusko (Australie). Le fait qu'il ait pu filmer la plupart de ses ascensions himalayennes rend celles-ci particulièrement intéressantes. Il a ainsi pu réaliser une série de films et de documentaires sur l'alpinisme dans lesquels on le voit, caméra au poing, sur le K2 (Kangchenjunga et Manaslu). Il est également descendu à 1395 m de profondeur dans le goufre de Lukina jama, dans le massif du Velebit (Croatie), ce qui fait de lui le détenteur du record du monde du plus grand dénivelé entre sommets et profondeurs de la Terre. (cf: Footprint Gallimard Croatie)

L'archipel des Kornati, le plus dense de la MéditerranéeGEORGE BERNARD SHAW, LES KORNATI ET DUBROVNIK. Après une visite de l'archipel, l'écrivain irlandais George Bernard Shaw écrivit qu' "au dernier jour de la Création, Dieu a voulu couronner son oeuvre et, d'un mélange de larmes, d'étoiles, et de souffle, a créé les Kornati". Le plus dense de toute la Méditerranée, cet archipel rassemble près de 150 îles sur moins de 300 km². Tout autant émerveillé par la beauté de l' "Athènes croate", il ajouta que "ceux qui recherchent le paradis sur terre devraient venir à Dubrovnik".

DES BERMUDES À L'ADRIATIQUE. Les eaux de la Neretva sont réputées pour leurs truites si particulières et leur anguilles abondantes qui, nées au large des Bermudes, dans l'Atlantique, viennent mourir dans le delta du fleuve, à mi-chemin entre Split et Dubrovnik.

DES ESPÈCES ENDÉMIQUES. Plusieurs espèces animales endémiques ont élu domicile en Croatie. Parmi les plus remarquables d'entre elles figure la salamandre noire, qui vit dans les forêts humides des Alpes orientales et de l'ouest des Chaînes dinariques. Fait inhabituel, elle met au monde des petits ayant achevé leur métamorphose. Plus à l'ouest, l'île de Cres abrite quant à elle une soixantaine de couples de vautours à tête blanche, une espèce très rare dont le plus proche cousin se trouve en Afrique du Sud. Ces oiseaux restent fidèles au même partenaire toute leur vie. Une réserve leur est consacrée à Beli. Pour sa part, le protée, amphibien de 20 à 30 cm de long ne vit que dans les eaux du karst dinarique. Son système respiratoire très particulier combine poumons et ouïes (branchies). Selon la température, il peut pondre ou mettre bas!

Les dalmatiensLE DALMATIEN. Comme son nom l'indique, la Dalmatie, région côtière de la Croatie, est la patrie d'origine de ce chien atypique qui fut jadis employé comme chien de garde aux confins de la Croatie et de la Dalmatie, notamment dans la guerre contre les Turcs : les Croates, inférieurs en nombre, les avaient dressés à attaquer les chevaux des Ottomans, avant la bataille, pour désorganiser leur cavalerie. La première description des dalmatiens en Croatie a été faite par l'évêque Petar en 1374. On le trouve aussi très fréquemment figuré sur le blason de certains nobles croates. Son poil blanc à tâches noires, reconnaissable entre tous, lui valu sans doute de devenir le héros du célèbre dessin animé de Walt Disney, Les 101 Dalmatiens.

LES GULLIVERS DE DALMATIE. Une étude menée en 2001 par un spécialiste français est venue confirmer ce que les habitants de Dalmatie (Sud de la Croatie) savent depuis bien longtemps : les Dalmates sont, devant les Hollandais, les plus grands des Européens, avec 1,85 m de taille moyenne! Dans l'arrière-pays de Split, on compte jusqu'à un jeune Dalmate sur quarante de 2 mètres ou plus... Par comparaison, cette proportion est de 1 pour 330 chez leurs homologues allemands et nordiques (1,80 m de taille moyenne), et de 1 pour 10 000 chez les Français (1,76 m en myenne). Mais tous les Dalmates ne sont pas pour autant logés à la même enseigne. Ainsi, la taille moyenne est-elle de 182 cm à Dubrovnik, 183 cm à Zadar, 185 cm à Split et 185,5 cm à Sibenik, Imotski et Sinj. Mais la palme revient dans l'arrière-pays dinarique à Drnis où l'on atteint les vertigineux 188 cm pour les hommes et 174 cm pour les femmes ! C'est également sa taille extraordinaire - 2 m 37 ! - qui valu au plus grand Croate de tous les temps, Grgo Kusic (1892-1918), originaire de Grabovac près d'Omis, de faire partie de la garde impériale personnelle de l'empereur François-Joseph, à Vienne. Plus grand soldat de l'armée austro-hongroise, il fut aussi l'un des plus grands humains de l'histoire : selon le Livre des Records, l'homme le plus grand du monde est actuellement un Tunisien, mesurant 2 m 34, soit 3 cm de moins que Grgo Kusic...

LE MARASCHINO. Parmi les spiritueux de fabrication locale, figure le marasquin ou maraschino, liqueur claire titrant à 25°, à base de cerises acides appelées marascas. Dans son roman Un début dans la vie (1842), Honoré de Balzac cite Zadar comme "cette ville où l'on fabrique le maraschino", liqueur qui devint célèbre dans toute l'Europe au XIXe siècle.

LA PLUS GRANDE TRUFFE DU MONDE. C'est près de Buje en Istrie, dans le nord-ouest de la Croatie, qu'a été découverte, le 2 novembre 1999, la plus grosse truffe du monde, pesant pas moins de 1,310 kg ! Le poids et les dimensions exceptionnelles (19,5 cm de long, 12,4 cm de large et 13,5 cm de haut) de cette truffe blanche (Eutuberaceae tuber) ont d'ailleurs valu à son découvreur, Giancarlo Zigante, de figurer désormais dans le fameux Livre Guiness des records. Avec cette distinction, l'Istrie consolide encore la réputation de ses fameuses truffes...

  RECHERCHER
 
  Approfondir

  PORTAIL INTERNET
  Sélection de 500 sites croates  
 
 
  TOUS LES ARTICLES
  GUIDE PRATIQUE
 
Mini-guide touristique
 
  Administrations  
  Se rendre en Croatie  
  Infos pratiques  
  Offices de tourisme, hôtels, campings, marinas  
  Chambres de commerce  
  Les 101 premières entreprises croates  
  Le Poste d’expansion économique à Zagreb  
  Les médias en Croatie  
  Adresses en France  
  Étudier le croate  
  Traducteurs et interprètes  
  Téléphoner en Croatie  
  Annuaire téléphonique  
  Ambassade de France à Zagreb

 
  EN SAVOIR PLUS
 
La Croatie en bref
 
  Carte de la Croatie  
  Culture et histoire  
  Régime politique  
  Organisation territoriale  
  Population & religions  
  Économie  
  Tourisme  
  Chronologie historique  
  Drapeau, blason, hymne  
  Le Sabor, parlement croate  
  La langue croate  
  Petit lexique franco-croate  
  Littérature disponible  
  Argent et monnaie  
  La cuisine croate  
  Le saviez-vous ?  
 

 LA CROATIE | ACTUALITÉS | VIE CULTURELLE | ACCUEIL 

 Haut de page | Plan du site | Nous contacter